Environnement : coopération franco-suisse contre les micropolluants

 |   |  305  mots
La station d'épuration de Villette réduira les micro polluants dans les eaux usées suisses et françaises.
La station d'épuration de Villette réduira les micro polluants dans les eaux usées suisses et françaises. (Crédits : SIG)
Des acteurs publics français et suisses investissent 13 millions d’euros et mettent en commun leurs moyens pour réduire de 80% les micropolluants dans les eaux traitées de part et d’autre de la frontière.

La communauté d'agglomération Annemasse Agglo, l'État de Genève et l'entreprise publique suisse Services Industriels de Genève (SIG) lancent une collaboration pour s'attaquer à la présence de micropolluants dans les eaux usées, avec l'objectif de les réduire d'au moins 80%. Ces micropolluants sont des résidus provenant de produits domestiques, industriels et agricoles (médicaments, détergents, cosmétiques).

Raccordement de deux stations d'épuration

L'accord transfrontalier prévoit la mise en commun de l'action de deux stations d'épuration, celle d'Ocybèle côté français, et celle de Villette côté suisse. À elles deux, les deux stations traitent les eaux usées de 135 000 habitants. Une fois épurées, ces eaux sont rejetées dans la rivière Arve, qui se jette dans le Rhône peu après sa sortie du lac Léman. L'Arve alimente aussi la nappe d'eau potable du Genevois.

La station d'épuration suisse de Villette, qui appartient à l'entreprise publique suisse SIG, sera ainsi équipée d'un système de traitement des micropolluants. La mise en service du traitement sera progressive, entre 2020 et 2023. Et la station d'épuration Ocybèle d'Annemasse sera raccordée à celle de Villette pour assurer un traitement commun des micropolluants. Un poste de relevage et un collecteur seront installés pour permettre ce raccordement.

Investissement de 13 millions d'euros

L'ensemble de ces travaux se traduit par un investissement de 13 millions d'euros, financés à 75% par la Confédération Helvétique. Les 25% restants sont pris en charge par Annemasse Agglo et par SIG.

Il s'agit d'une "collaboration exemplaire entre partenaires publics et privés qui s'inscrit dans l'ensemble des mesures prises par le canton de Genève pour améliorer durablement et rapidement la qualité de nos ressources en eau", affirme Antonio Hodgers, conseiller d'État genevois chargé du département du territoire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :