Avec son école des mobilités, Carl Move veut éduquer les usagers à la mobilité douce

 |   |  712  mots
(Crédits : DR)
La startup lyonnaise va créer avec Lyon Parc Auto une école des mobilités. Objectif : former les candidats au Permis B au covoiturage et les salariés aux modes de déplacements doux.

Louis Pelaez, le patron de Lyon Parc Auto, l'a évoquée à l'occasion des 50 ans de son entreprise fin juin dernier. Une école des mobilités ouvrira ses portes à Lyon début 2020.

Lire aussi : LPA veut devenir le fer de lance des mobilités sur la métropole

Ce projet est porté par Carl Move, une startups hébergée depuis un an par le Lab de LPA. L'école des mobilités, dont l'emplacement n'est pas encore dévoilé, aura notamment pour vocation de diffuser les services de Carl et de réaliser des animations citoyennes autour de la thématique de la mobilité douce.

La décision n'est pas encore actée définitivement mais l'école des mobilités pourrait également disposer de pistes d'éducation routière sur les parkings aériens de LPA.

Apprendre le covoiturage

Créée en 2017 par Cyprien Bardonnet, 24 ans, qui a depuis fait entrer Groupama à son capital, Carl Move a pour ambition d'éduquer les usagers de la route à la mobilité douce, en partenariat avec LPA et l'Ademe. Avec 11 salariés (dont des alternants), Carl réalise pour l'instant "un chiffre d'affaires non significatif", mais table sur plus d'un million d'euros sous trois ans. Une levée de fonds est envisagée à moyen terme pour accélérer le développement. Avec son offre, la jeune pousse est historiquement positionnée sur l'éducation au covoiturage.

"L'idée est d'apprendre le covoiturage aux apprenants du Permis B. Comment gérer les passagers, comment organiser un covoiturage etc.", explique Cyprien Bardonnet.

Une formation assurée par les auto-écoles, sans coût supplémentaire pour les apprenants, où l'on "propose aux jeunes de découvrir le covoiturage à deux reprises pendant leur cursus de formation". Persuadé du bien-fondé de son idée, en termes de développement durable, le jeune entrepreneur a fait un lobbying assidu auprès des élus. Il a même été auditionné à plusieurs reprises par le Sénat et l'Assemblée Nationale dans le cadre de la loi LOM. Un amendement prévoyant l'obligation de cette formation au covoiturage avec le permis B a été retoqué mais est en cours d'examen pour une mise en place test, pendant cinq ans.

En attendant la contrainte, cette expérience est déjà mises à profit pour transporter des personnes, notamment sur les zones rurales, grâce à l'application développée par Carl et l'agence roannaise IDMKR.

"Nous mettons en relation les covoitureurs, les auto-écoles et les candidats au Permis B. Le covoitureur paie 36 centimes par kilomètres", explique-t-il.

Le tout encadré par un contrat d'assurance établi sur mesure par son actionnaire, Groupama.

Déjà, plusieurs auto-écoles du Rhône et de Saône-et-Loire adhèrent au dispositif. Une centaine d'autres, à travers la France, utilisent la calculette carbone gratuite développée par Carl.

"Grace à cette calculette, les formateurs peuvent montrer concrètement aux candidats les économies de pollution réalisées grâce au covoiturage ou à d'autres solutions de mobilité douce", avance Cyprien Bardonnet.

Education aux engins électriques

Carl vient de lancer une seconde offre, en direction des salariés cette fois. Avec toujours au cœur du dispositif, les auto-écoles. Le principe : des moniteurs et des animateurs de Carl se relaient pour assurer des formations de 3 heures aux salariés. Une heure dans une voiture d'auto-école pour réapprendre quelques règles basiques notamment sur l'éco-conduite, une heure d'animation sur les mobilités et une heure de tests d'engins électriques.

"Nous rappelons la réglementation en vigueur des nouveaux modes de déplacements électriques (trottinettes, overboard...), le respect des autres usagers, les consignes de sécurité, les enjeux de la mobilité durable, les bonnes pratiques etc".

Le coup d'essai a été donné il y a quelques jours avec les salariés de Danone et Blédina en région lyonnaise.

Une autre école à Roanne ?

Une seconde école des mobilités pourrait ouvrir ses portes en 2020 également à Roanne, dans la Loire. Elle se ferait en partenariat avec Ludovic Cabanne, à la tête de l'école Simplon de Roanne et de l'agence de développement IDMKR.

"Nous travaillons aussi sur la création d'une filiale, Carl Dev, pour déployer les outils de Carl et faire du e-learning", confie Ludovic Cabanne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :