Lyon : La Part-Dieu coordonne ses chantiers pour mieux les gérer

 |   |  686  mots
(Crédits : L. Danière)
La SPL Lyon Part Dieu vient de mettre en place un dispositif de coordination chantier entre les différents maîtres d'ouvrage publics et privés qui travaillent sur le vaste projet urbain de reconversion du quartier.

Des chantiers qui se succèdent voire se chevauchent, des dizaines de poids lourds qui se relaient pour acheminer du matériel et pendant ce temps des milliers de riverains, de voyageurs, de visiteurs et de passants qui déambulent. La reconversion du 2ème quartier tertiaire de France relève du défi.

Pour s'en emparer, les équipes de la SPL Lyon Part Dieu ont initié un dispositif inédit à travers un outil permettant de coordonner les différents chantiers.

"Le risque c'est une congestion par des flux de camions", résume Guillaume Petit, directeur du Projet Urbain à la SPL Lyon Part-Dieu.

C'est pourquoi, l'idée est de planifier les allers et venues de chaque intervenant afin de prévenir cette congestion. Ce processus repose en bonne partie sur la mise en place d'un poste de commande centrale.

Prévenir plutôt que guérir

Ce poste de commande central sera géré par un groupement industriel qui associe plusieurs entreprises (voir encadré). Il prendra la forme d'un outil numérique permettant d'avoir une vision globale en temps réel des flux logistiques générés par les chantiers. En parallèle, la SPL va aménager deux aires de régulation sur le périphérique. L'une à Saint-Fons au sud de Lyon et l'autre à la Feyssine à l'est.

"De ces deux points, nous pourrons leur fournir un temps de parcours précis pour arriver jusqu'au chantier et si jamais il y avait des aléas entre les sorties du périphérique et leur point d'arrivée, nous avons aussi prévu 3 aires de temporisation dans le quartier de la Part-Dieu", précise le directeur du projet urbain.

Ainsi, les va et vient des poids lourds devraient être maîtrisés et leur stationnement organisé de façon à ce qu'aucun de reste en dehors des emprises des chantiers. Des moyens humains seront aussi déployés sur le terrain, pour intervenir au plus près des acteurs générant les flux. Enfin, les accès aux infrastructures associées au poste de commande central seront pilotés par des outils à la pointe de la technologie.

Des outils déjà en place

La création de se poste de commande centrale arrive après une série de mesures initiées à partir de 2017 pour limiter les nuisances des travaux réalisés dans le quartier.

"Tous nos marchés intègrent une charte et un règlement inter chantier qui doivent être signés par le maître d'ouvrage. Nous demandons par ailleurs aux maîtres d'ouvrage d'intégrer eux aussi ces documents dans leurs marchés. L'objectif est de s'assurer que les principes de gestion des chantiers tels que le barriérage, les stationnements des camions, la propreté et d'autres soient respectés au pied de la lettre", explique Guillaume Petit.

Une maquette numérique de l'ensemble des chantiers permet par ailleurs d'avoir une vision globale des travaux en cours et si nécessaire d'en décaler certains pour laisser à d'autres le temps de se terminer. Jusque-là, tout le monde joue le jeu et les chantiers s'enchaînent au rythme prévu.

Un cap supplémentaire sera franchi à la rentrée avec le lancement de des deux plus gros chantiers du projet, la reconfiguration de la gare et la construction de la tour To-Lyon de 80 000 m². Le poste de commande central associé aux dispositifs déjà en place vise précisément à rester sur cette dynamique positive. Il devrait fonctionner au moins jusqu'en 2022 et peut-être 2024 si la gestion des chantiers l'exige.

"Les partenaires du groupement industriel"

  • Colas, via son entité Mobility by Colas (mandataire) pour la conception et l'intégration globale de l'outil ainsi que le pilotage du groupement
  • Colas Rhône-Alpes Auvergne, co-traitant, pour les travaux de création des aires
  • Aximum (filiale sécurité signalisation de Colas), co-traitant, pour le jalonnement des itinéraires et la partie systèmes d'accès (mise en place et maintenance
  • Logisur, co-traitant, pour l'exploitation du PCC, via son antenne lyonnaise Logilys
  • Cimba Digital, sous-traitant de Colas, pour le développement de la plateforme numérique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :