Métropole de Lyon : une capacité d'autofinancement au plus haut depuis sa création

 |   |  471  mots
(Crédits : Métropole de Lyon)
Avec des recettes en hausse et des dépenses en baisse, la métropole de Lyon affiche une santé financière inédite depuis sa création. De quoi dégager des marges de manœuvre pour l'investissement et la rémunération des agents.

Alors que le sénat estimait dernièrement le modèle lyonnais de métropole trop singulier pour faire école, la gestion budgétaire est un point qui pourra peut-être inspirer d'autres collectivités. En effet, la capacité d'autofinancement de la métropole a atteint en 2018 un niveau record à 466,7 millions d'euros.

Dans le même temps, les dépenses de fonctionnement baissent de 24 millions d'euros à 2 271 millions et les recettes augmentent de 53 millions pour s'établir à 2,73 milliards d'euros.

Forte de ces « bons comptes », selon l'expression de Richard Brumm, vice-président de la Métropole chargé des finances, la collectivité a allégé sa dette qui passe de 2,18 milliards à fin 2017 à 1,96 milliard à fin 2018. Ce faisant la capacité de désendettement de la métropole de Lyon est désormais à peine supérieure à 3,5 ans alors qu'elle était de 5 ans en 2016.

"Elle pourrait être encore meilleure en 2019", pronostique David Kimelfeld, président de la métropole de Lyon

Les micros investissements vont se multiplier

Avec ces marges de manœuvre financières renforcées, l'exécutif de la métropole va mettre les bouchées doubles sur les investissements. Surtout sur ceux que le président qualifie de "micro investissements". Les principaux bénéficiaires devraient être les collèges et les maisons de la métropole qui vont bénéficier de travaux permettant entre autres d'améliorer les conditions de travail des agents et celles des personnes accueillies dans ces établissements.

"Nous allons également mettre en place des mesures visant à mieux accompagner les entreprises qui s'installent sur notre territoire", esquisse David Kimelfeld.

Cette année, plus de 750 millions devraient aller au plan pluriannuel d'investissements qui petit à petit rattrape le retard pris en début de mandat.

"Nous serons sur un niveau d'engagement d'environ 80%", assure-t-il.

Le régime indemnitaire amélioré

L'autre point sur lequel la collectivité va faire porter ses efforts vise les rémunérations des agents.

"Nous avons mené un audit qui a notamment montré un manque d'attractivité par rapport au privé pour certains postes, notamment dans les filières médico-sociales. Cet audit a aussi relevé qu'il fallait travailler à plus d'équité entre les agents", résume Marc Grivel, premier vice-président en charge de la cohésion territoriale.

Un nouveau régime indemnitaire corrigeant ces faiblesses va donc se mettre en place. Il intègre un dispositif d'intéressement collectif dont le montant pourra atteindre 300 euros par an pour chaque agent. Les régimes indemnitaires ont par ailleurs été revus pour aller vers plus d'équité à travers l'augmentation des rémunérations des agents en catégories B et C.

"C'est grâce à la situation saine des finances de la métropole que nous pouvons améliorer les régimes indemnitaires", souligne David Kimelfeld qui entend ainsi renforcer l'attractivité des emplois proposés au sein de la Métropole.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :