La laiterie Gilbert mise sur la digitalisation de ses fromageries

 |   |  868  mots
(Crédits : DR)
Reprise en 2012, l'historique laiterie Gilbert, basée à Grenoble, est aujourd’hui constituée d'un réseau 20 boutiques en France. Il s'enrichit d'une plateforme, LesMaisonsDuFromage.fr, en vue de proposer à sa clientèle de proximité une offre digitale.

Devenue le premier réseau de fromageries avec ses 20 boutiques (dont 15 franchises) implantées en France, la Laiterie Gilbert a passé un cap supplémentaire de son développement, en annonçant le rachat d'une startup issue du monde de la tech, LesMaisonsDuFromage.fr.

Cette plateforme en ligne, fondée en 2017 par l'entrepreneur Louis-Antoine Lauvergne, proposait jusqu'ici de la vente en ligne d'une quinzaine de plateaux de fromage et de box de dégustation, provenant de quatre crémiers-fromagers indépendants parisiens.

"Ce qui nous a séduit était que cette plateforme proposait de géolocaliser les clients pour les amener ensuite sur les commerces les plus proches, ce qui faisait sens avec le maillage que nous tentons nous-même de développer avec nos boutiques", souligne Christophe Chaperon, directeur général de la laiterie Gilbert.

L'objectif de cette acquisition n'était donc pas de mettre la main sur une startup pour la développer en tant que telle, mais plutôt de prendre en compte l'évolution des modes de consommations vers le format digital.

"Tous les réseaux physiques se doivent aujourd'hui de proposer ce mode de commandes", explique-t-il, en citant en exemple les nouvelles générations qui ont désormais le réflexe de passer leurs réservations sur la Toile.

Avec, cependant, une contrainte de taille dans le secteur du fromage, qui requiert des exigences particulières en matière de conservation et de transport.

"La contrainte du frais, voire de l'ultra frais, fait que les usages et la rentabilité de ce secteur en matière de livraison sont moins forts. Près de 80% des gens font ainsi du clic and collect".

Selon lui, la demande se tournerait donc plutôt vers la digitalisation de la commande des clients, avec une formule de livraison qui demeurerait majoritairement en magasins.

Un nouvel outil pour l'ensemble du réseau

Une union qui scelle désormais la création d'un nouveau modèle, où l'offre de plateaux en ligne développée par LesMaisonsDuFromage.fr sera désormais proposée comme un nouvel outil à disposition de l'ensemble des franchises des laiteries Gilbert, en plus des quatre fromagers parisiens indépendants qui demeureront présents sur la plateforme.

"Cela va nous permettre de proposer des plateaux prépackagés sur différentes thématiques (plateaux pour femmes enceintes, sans lactose ou encore à faible taux de matière grasse...), que les clients pourront commander directement en ligne", annonce Christophe Chaperon qui souhaite également conserver l'esprit d'une marketplace dans laquelle, à terme, d'autres fromagers pourraient le rejoindre.

"Les boutiques existantes peuvent ainsi espérer 10% de chiffre d'affaires supplémentaire par an, soit en moyenne + 300 000 euros, sur le chiffre d'affaires global du groupe sur cette première année d'acquisition", annonce la laiterie.

Une démarche qui permettrait également au réseau de bénéficier d'une avance sur sa concurrence : "Il existe deux types de business models dans le domaine du fromage, avec des personnes qui proposent des box, et d'autres des marketplaces. Mais aucune d'entre elles ne possède un réseau de boutiques comme le nôtre", illustre-t-il.

Sans compter que le marché du fromage demeure encore naissant sur la Toile, puisque "le plus gros joueur représente l'équivalent d'une fromagerie de taille moyenne, alors qu'il existe près de 3000 fromageries de ce type en France. Et cela pourrait demeurer ainsi car il s'agit d'un secteur où la notion de proximité et de frais demeure très importante", analyse Christophe Chaperon, qui mise donc avant tout sur une forme de complémentarité entre le on-line et les boutiques physiques.

Un développement par la franchise

Fondée en 1948, la Laiterie Gilbert avait été reprise en 2012 par Cédric Garna, un ancien fromager, et son associé Christophe Chaperon. Leur idée : développer à la fois une activité de grossiste en fromages et de fabricant de produits de crèmerie (yaourts, crème fraîche, fromage blanc, beurre et lait), en sourçant les meilleures variétés de fromages et en supprimant les intermédiaires pour proposer un accès simplifié aux petits fermiers et producteurs locaux.

Après avoir enregistré, en 2012, un chiffre d'affaires de 1,4 millions d'euros pour 4 salariés, la laiterie est désormais à la tête d'un réseau de 20 boutiques (dont 15 en franchises) pour un chiffre d'affaires de 5 millions d'euros, avec une équipe qui compte 12 salariés et 15 franchisés. Et ce chiffre pourrait encore grimper, conformément à la stratégie dévoilée il y a quelques mois par l'entreprise, qui souhaitait réaliser 5 à 10 nouvelles ouvertures de magasins par année à travers l'Hexagone.

"L'ouverture de la 21e boutique va avoir lieu en juin à Rochefort. Nous avons prévu huit ouvertures cette année, et nous devrions être en mesure de poursuivre encore ce rythme car le potentiel est là", affirme Christophe Chaperon, qui en veut pour preuve le nombre de villes où il n'existe plus de fromagerie indépendante ainsi que la demande croissante en matière de franchisés.

"Nous accompagnons un certain nombre de personnes qui souhaitent ouvrir une boutique après une première vie professionnelle. Nous avons de plus en plus de jeunes trentenaires et de couples", observe-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :