Loire Forez : l'extinction de l'éclairage public finance les rénovations thermiques

 |   |  512  mots
(Crédits : DR)
La communauté d’agglomération Loire Forez (88 communes dont Montbrison, Saint-Just-Saint-Rambert, Noirétable…) a mis en place un dispositif innovant pour le financement, par les économies d’éclairage public, de ses travaux de rénovation thermique.

Financer les économies d'énergie par... les économies d'énergie, grâce à un fonds d'investissement de solidarité communautaire. C'est le pari que s'est lancé la communauté d'agglomération Loire Forez en 2015.

Après quelques ajustements et essais, le système est désormais au point : chaque euro économisé grâce à l'extinction de l'éclairage public en cœur de nuit (110 000 euros par an) vient alimenter un fonds communautaire, mis à disposition de toutes les communes de Loire Forez portant des projets de rénovation thermique sur leur patrimoine immobilier. Les communes bénéficiant de la solidarité communautaire s'engagent, à leur tour, à reverser au fonds d'investissement 10% des économies générées grâce aux travaux financés. Et ce pendant cinq ans.

"Nous avons baptisé ce dispositif, le Cercle Vertueux. Car c'est exactement cela. Les économies d'éclairage public viennent financer des travaux de rénovation thermique, qui à leur tour viennent alimenter le fonds. Et ainsi de suite...", s'enthousiasme Jérôme Peyer, conseiller communautaire à l'économie circulaire de Loire Forez.

Depuis son lancement, 43 projets ont été financés pour un montant total de 520 859 euros. En 2019, 10 dossiers ont déjà été déposés pour une enveloppe de 110 000 euros de travaux.

Dispositif innovant

Selon lui, ce dispositif n'existe pas ailleurs en France. Et ce pour une bonne raison : l'éclairage public est souvent une compétence communale.

"Nous avons décidé de jouer collectif en travaillant au niveau de la communauté d'agglomération", insiste Jérôme Peyer.

L'idée est née alors que la communauté d'agglomération devait plancher sur son Plan Climat Territorial. La consommation d'énergie et la maintenance du réseau d'éclairage public coûtaient alors 1,7 million d'euros aux communes de la collectivité territoriale.

"Nous avons réalisé un audit et nous nous sommes rendus compte que notre territoire accueillait 16 000 lampadaires, soit un pour 4,5 habitant alors que la moyenne nationale était de un pour 7 ! Jusqu'ici nous renouvelions le matériel sans réfléchir aux nouvelles utilisations".

De fil en aiguille est née l'idée d'éteindre le réseau la nuit et du Cercle Vertueux. "Les élus et les habitants ont accepté que les économies générées puissent aider d'autres communes que la leur".

Trois ans plus tard, 60 des 88 communes jouent le jeu de l'extinction nocturne. Le réseau d'éclairage public coûte désormais 10% de moins alors même que le prix de l'énergie a augmenté significativement.

"De plus, en mettant en place une vraie réflexion, nous avons évité 1 million d'euros d'investissements de renouvellements inutiles", souligne Jérôme Peyer.

A ces chiffres s'ajoutent ceux des économies de chauffage générées grâce aux travaux financés par le Cercle Vertueux.

"Les économies sont importantes mais difficiles à chiffrer car les hivers ne sont pas comparables d'une saison à l'autre".

Le Cercle Vertueux a bénéficié de financements complémentaires, dont 427 000 euros dans le cadre du programme "Territoire à énergie positive pour la croissance verte " et 112 000 euros issus du dispositif Contrat Vert et bleu de la Région (2017-2021).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :