Comment les mobilités sont pensées à l'échelle de l'aire métropolitaine lyonnaise

 |   |  496  mots
(Crédits : DR)
Le Syndicat mixte des transports de l'aire métropolitaine lyonnaise vient de réaliser une cartographie répertoriant l'intégralité des actions à venir en matière de mobilité sur l'aire métropolitaine de Lyon. De quoi avoir une vision d'ensemble pour donner plus de cohérences aux futurs équipements de mobilité.

Alors que les déplacements s'annoncent comme une des thématiques majeures de la future campagne des municipales, le Syndicat Mixte de Transport pour l'Aire Métropolitaine Lyonnaise composé de cinq membres (Région Auvergne-Rhône-Alpes, Sytral, Saint-Etienne Métropole, CAPI et Vienne-Condrieu Agglomération) vient d'éditer un "Plan d'actions intermodalité 2019-2021 pour l'Aire Métropolitaine Lyonnaise".

Ce document permet d'avoir une vision exhaustive des actions programmées par les membres du syndicat.

"Cela n'a l'air de rien, mais c'est un travail considérable qui vient d'être fait", assure Thierry Kovacs, Président du SMT AML.

Partant de cet état des lieux regroupant 75 actions, les adhérents du SMT vont désormais s'atteler à suivre la concrétisation de ces actions et surtout à envisager les suivantes avec une plus grande cohérence.

"Nous sommes arrivés au bout d'un exercice en imaginant que chacun peut traiter la mobilité à l'échelle de son périmètre", explique Thierry Kovacs.

Réfléchir ensemble

Si le SMT AML ne dispose d'aucun pouvoir prescriptif et pas plus de "chéquier", comme le dit son président, il a en revanche la force de réunir l'ensemble des autorités organisatrices des transport de l'aire métropolitaine. Un espace inédit où chacun peut certes faire valoir ses priorités, mais surtout rechercher les points de complémentarité avec ses voisins.

"Nous avons notamment travaillé sur la question des grilles tarifaires en recherchant l'harmonisation entre nos différentes pratiques", souligne Fouziya Bouzerda, présidente du Sytral.

Dans le sillage de ce premier pas, l'objectif est de multiplier les actions pouvant optimiser l'organisation des mobilités sur l'ensemble de l'aire métropolitaine. Pour cela, le SMT AML travaille sur la notion de "corridors de mobilité" correspondant à des territoires au sein desquels s'opèrent un nombre important de déplacements.

Il en a identifié huit (le bassin du Gier, celui de Val de Saône, celui du Nord Isère...). Ces échelles vont maintenant constituer un cadre pertinent pour penser les solutions de mobilité de demain.

Suivre les réalisations

Pour l'heure, le SMT AML va d'abord suivre une bonne trentaine d'actions qui sont d'ores et déjà planifiées et financées sur une temporalité allant de 2019 à 2021. Pour cela, un comité de suivi annuel des actions vient d'être lancé.

Viendra ensuite le temps de s'intéresser à l'autre moitié des 75 actions répertoriées par le syndicat et qui ne sont pas encore définitivement actées et encore moins financées. Là, le SMT AML jouera son rôle de facilitateur d'échanges entre les différentes parties prenantes de ces projets.

Il permettra également de partager des retours d'expériences sur des actions déjà engagées et ainsi de mieux éclairer les prises de décisions.

"Nous permettons une mise en perspective", assure son président.

Ancré pour l'heure sur la grande agglomération lyonnaise et stéphanoise, cet espace singulier pourrait faire école à Grenoble et à Clermont-Ferrand.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :