Biennale Design 2019 : un premier bilan en demi-teinte

 |   |  447  mots
(Crédits : DR)
A peine les portes closes, Thierry Mandon a tenu à établir un premier bilan de la Biennale Design 2019 de Saint-Etienne. La fréquentation n’a pas atteint les objectifs annoncés mais le directeur de l’EPCC stéphanois a obtenu d’autres sources de satisfaction : l’organisation des prochaines assises nationales du design et le financement d’une étude sur l’impact du design.

Pour sa première Biennale, Thierry Mandon visait au moins 250.000 visiteurs et "même pourquoi pas, 300.000". C'est raté. Les chiffres définitifs ne sont pas encore disponibles mais le nouveau directeur général annonce déjà des chiffres stables par rapport à la précédente édition, soit 235.000 visiteurs environ.

Un bilan qu'il juge néanmoins satisfaisant au regard des difficultés engendrées par les manifestations des gilets jaunes.

" Nous avons constaté des baisses de fréquentation de l'ordre de 50% les samedis. Sans compter celui où nous avons dû complètement fermer les portes ", souligne-t-il.

Plus de 350 groupes scolaires et 180 groupes privés ont été accueillis pendant l'évènement, 26 pays étaient représentés.

Les tops et les flops


Pour Thierry Mandon, cette édition 2019 de la Biennale du Design a été marquée par plusieurs points positifs : un intérêt accru du grand public, une mobilisation territoriale importante, une exposition de Lisa White qui a permis à Saint-Etienne "de se positionner sur les tendances avec un coup d'avance", des expositions à caractère pédagogique qui ont performé... A tel point d'ailleurs que certaines de ces dernières, comme « La Détricoteuse » (mise en scène d'une innovation d'une entreprise locale) resteront visibles à la Cité pendant au moins 6 mois.

" Globalement, les critiques ont été bonnes. J'ai dénombré 172 articles de presse. Un seul était négatif, celui de Télérama. C'est très peu ! ", se réjouit-il.

Beau joueur, le patron de la Cité du Design reconnait cependant quelques axes d'amélioration. Notamment en termes d'ergonomie de l'événement : "Pour la prochaine édition, il faudra veiller au design de la Biennale, à sa signalétique... ".

Thierry Mandon a également compris le message quant à l'utilisation de l'anglais, jugée abusive par certains. "Tout sera traduit", promet ce dernier, qui sera également vigilant à la densité de l'événement. "Trop, c'est trop !", affirme-t-il.

Une étude d'impact financée par le Medef


Thierry Mandon est d'autant plus satisfait de cette édition qu'elle a été marquée par deux événements importants. En pleine Biennale, les ministères de la Culture et de l'Economie ont annoncé confier à la Cité du Design l'organisation des prochaines Assises Nationales du Design.

" Il s'agit d'un vrai signe de reconnaissance de notre savoir-faire ! ", commente le DG de l'EPCC stéphanois.

Deuxième bonne nouvelle, il a dégoté le financement d'une étude sur l'impact du design sur les territoires. La délégation nationale du Medef a été convaincue par sa visite de la Biennale et a accepté de prendre en charge les 200.000 euros nécessaires. Cette étude devrait démarrer à la rentrée prochaine et interrogera une centaine d'entreprises de toute la France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :