Tourisme : Les stations de Villard-de-Lans et Corrençon dans le giron de Tony Parker

 |   |  905  mots
(Crédits : Corlin)
Le champion de basket Tony Parker serait bien en passe de racheter près de 76,8 % des parts de la société d’exploitation des remontées mécaniques du domaine skiable (SEVLC) de Villard-de-Lans et de Corrençon-en-Vercors (Isère). Si l’affaire n’est pas encore conclue, il ne s’agirait plus que d’une question de jours, maintenant que les deux conseils municipaux des deux communes ont donné leur aval.

La figure de la NBA (National Basketball Association), Tony Parker, se prépare à élargir son champ d'activité. Après avoir participé, en 2015, à la création de la Tony Parker Academy, le champion de basket a désormais des vues sur les stations iséroises de Villard-de-Lans et Corrençon-en-Vercors, comme l'indiquait il y a quelques jours nos confrères de France Bleu Isère.

A l'issue d'un séjour où il s'est rendu cet été sur le plateau du Vercors, loin des caméras, le joueur a confirmé sa volonté de racheter près de 76,8 % des parts de la société d'exploitation des remontées mécaniques du domaine skiable (SEVLC), à travers sa société, Infinity Nine Mountain.

Après plusieurs mois de négociations, une première étape a déjà été franchie fin mars, avec le vote, unanime, du changement d'actionnaire par le Conseil municipal de Villard-de-Lans, suivi de celui de Corrençon-en-Vercors, début avril. Car les deux communes, propriétaires des terrains, en avaient confié l'exploitation, dans le cadre d'une délégation de service public (DSP), à la société d'exploitation SEVLC, détenue majoritairement par la famille Huilliez.

"Le vote du Conseil municipal doit être complété d'un vote des...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2019 à 10:54 :
Penser qu’en 2019 le développement d’un site touristique déjà très structuré ne peut se faire qu’avec une relance par l’immobilier est un leurre. Et un modèle qui a montré ses limites dans toutes les montagnes françaises.
On évoque des résidences de tourisme, qui, vu le mode de financement actuel, se feront via des particuliers, donc à terme des lits froids.
Au regard des très nombreux lits froids existant sur le Vercors, la priorité n’est peut être pas à de nouvelles constructions. Le Vercors c’est environ 35 000 lits dont seulement 8500 lits touristiques...
Donc à suivre de très près pour un tourisme 300 jours par an...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :