La Métropole de Lyon peaufine son image de "capitale" de l'industrie du futur

 |   |  395  mots
(Crédits : DR)
Après la Vallée de la Chimie, place à un nouveau territoire industriel, Lyon Parilly Factories, qui s'étend sur près de 670 hectares allant du nord de Vénissieux à Saint-Priest. Il marque la volonté de la métropole de Lyon de s'imposer comme "capitale" de l'industrie du futur.

La métropole de Lyon crée un deuxième territoire de projets industriels. Après la Vallée de la Chimie, spécialisée dans la filière chimie-énergie-environnement, elle lance le site de Lyon Parilly Factories, près de 670 hectares (dont 70 hectares de fonciers disponibles) situés au nord de Vénissieux, et qui s'étend du 8e arrondissement de Lyon à Saint-Priest. Avec ses 10 000 emplois et ses 200 établissements, il concentre presque 15 % des emplois industriels métropolitains. Et pourrait en créer près de 1 000 emplois d'ici à 2025 avec sa nouvelle orientation : les projets industriels novateurs.

"C'est pour nous l'opportunité d'inventer un nouveau modèle autour de l'industrie du futur", a souligné David Kimelfeld, le président de la Métropole de Lyon.

Usin, copropriété de la Serl et de la Banque des Territoires

Au cœur du dispositif, un "site pilote" de 11 hectares, Usin, mitoyen de la société Bosh Rexroth. Dans le cadre d'un appel d'offres, la filiale du géant Allemand a retenu le groupe Serl et la Banque des Territoires pour acquérir, aménager et commercialiser le site. Il passera de 30 000 m2 de locaux existants (10 000 m2 sont d'ores et déjà disponibles) à près de 62 000 m2 d'ici 7 à 10 ans pour un investissement global de près de 80 millions d'euros.

"A terme, nous devrions accueillir entre 20 et 25 entreprises innovantes", a souligné Jean-Luc Da Passano, le président de la SERL.

Une "ruche industrielle" dédiée à l'innovation inter-entreprises

Parmi tous les services proposés aux industriels du territoire, le site Usin va abriter La Ruche Industrielle, une association officiellement lancée ce jour à l'occasion du salon Global Industrie de Lyon. Portée par 8 membres-fondateurs (Groupe Volvo, EDF, SNCF, Aldes, Vicat, La Métropole de Lyon, l'Insa de Lyon et le Groupe Bosch), l'association, véritable lieu, neutre, de rassemblement inter-entreprise, a pour "vocation de rendre concret les innovations", explique Stanislas Lacroix, le président du Groupe Aldes, installé sur le territoire, et président de la Ruche Industrielle.

L'association a également pour objectif d'accompagner la transformation des entreprises vers l'industrie du futur et de proposer divers services, nécessaires à sa pérennité économique (5 salariés, un bureau de 4 personnes, 800 000 euros de budget annuel). Un projet porté, au quotidien, par Caroline Felix, directrice générale de la structure - une ancienne salariée de Bosch Rexroth à l'origine de l'idée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :