Annecy va investir 23 millions d'euros dans une Cité du cinéma d'animation

 |   |  459  mots
Une partie de l'ancien site du Haras, en plein cœur d'Annecy, abritera une Cité du cinéma d'animation d'ici 2023.
Une partie de l'ancien site du Haras, en plein cœur d'Annecy, abritera une Cité du cinéma d'animation d'ici 2023. (Crédits : DR)
Le conseil municipal a voté le lancement de la création d'une Cité du cinéma d'animation sur le site des anciens Haras. Un projet présenté comme "unique en Europe", qui doit devenir, à l'horizon 2023, le lieu-totem du cinéma d'animation à Annecy, qui accueille déjà le plus gros festival international du secteur.

C'est un vieux serpent de mer qui va devenir réalité. Le Conseil municipal d'Annecy a voté, le 12 novembre, le lancement du projet de Cité du cinéma d'animation qui devrait voir le jour, début 2023, sur l'ancien site du Haras, en plein cœur de la ville.

Un projet de réhabilitation, estimé à 23 millions d'euros, pour offrir un véritable lieu-totem au festival du film d'animation d'Annecy, le plus important rendez-vous mondial dédié au genre qui accueille tous les ans plus de 12 000 professionnels internationaux.

"Le festival du film d'animation d'Annecy, qui existe depuis 1960, s'inscrit dans une longue histoire. C'est désormais l'événement phare du secteur pour les professionnels. Annecy est devenue une référence mondiale mais il manquait une ouverture à destination du grand public. Nous voulions aller au-delà de l'écran géant du Pâquier installé l'été sur le bord du lac. L'objectif de ce projet est d'ancrer définitivement, et tout au long de l'année, le cinéma d'animation dans la ville ", avance Mickaël Marin, le directeur de Citia, l'établissement public de coopération culturel qui porte le festival.

"Pas d'équivalent en Europe"

Au cœur d'un parc de 2,6 ha, la Cité, qui va occuper 6 500 m2 des anciens Haras classés aux monuments historiques, se voudra un lieu de vie et de passage avec, notamment, l'implantation d'une halle gourmande aux côtés des espaces d'exposition. Côté artistique, le projet prévoit, outre une exposition permanente, des expositions temporaires " de dimension internationale ", une salle de projection, une résidence d'artistes, des espaces dédiés à l'éducation à l'image et un lieu d'expérimentation.

"Ce projet, dédié à l'univers du film d'animation, n'a pas d'équivalent en Europe. La Cité du cinéma d'animation sera, en cela, un formidable levier pour l'attractivité touristique", poursuit Mickaël Marin.

Bientôt un événement en Corée du Sud ?

En attendant de s'ancrer physiquement à Annecy avec son futur lieu-totem, le Festival du film d'animation d'Annecy va poursuivre son internationalisation. Il pourrait ainsi s'exporter, dès 2019, en Corée du Sud. Le Citia est actuellement en discussion pour créer un événement, qui se tiendrait tous les ans, à Séoul.

"L'idée n'est pas de faire un festival du film d'animation comme il en existe déjà plusieurs en Corée du Sud, mais de profiter de notre expertise pour organiser des cycles de rencontres professionnelles. Il y a une demande dans ce sens et nous avons le carnet d'adresses pour attirer les meilleurs du monde à nos événements. Ce serait un moyen de faire rayonner la marque Annecy à l'international. Le protocole d'accord est en cours, j'estime qu'il y a 80 % de chance que cela aboutisse", expose Mickaël Marin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :