Poujoulat va produire des bûches à partir de bois local

 |   |  506  mots
(Crédits : DR)
Le leader français du chauffage à bois Poujoulat se lance dans l'exploitation forestière. L’enjeu : utiliser la ressource locale issue des forêts ligériennes pour produire ses bûches de bois à haute performance énergétique.

Le groupe Poujoulat (200 millions d'euros de chiffre d'affaires ; siège à Niort), vient de créer une nouvelle filiale à Noirétable (Loire) dotée d'un capital social de 100 000 euros.

Baptisée SEF 42, elle sera chargée d'alimenter en bois local son usine ligérienne de fabrication de bûches énergie à haute performance. Cette usine emploie actuellement 28 personnes et a produit près de 45 000 stères de bûches en 2018.

En forte croissance, sur un marché avec le vent en poupe, elle devrait produire au moins 50 000 stères l'an prochain. Dont au moins 10% avec du bois de la Loire et de la Haute-Loire, grâce à la naissance de SEF 42.

La proportion devrait grimper dans les années suivantes : l'objectif étant d'atteindre le plus haut niveau possible de bûches produite à partir de ressources locales.

Organiser l'écosystème local

"Pour produire nos bûches à haute performance énergétique, nous utilisons des feuillus (hêtre, chêne, charme). Sauf que le territoire n'est pas organisé pour nous approvisionner avec ces essences. Les scieurs et les coopératives travaillent essentiellement sur les résineux. Nous sommes donc obligés de faire acheminer notre bois depuis d'autres territoires", explique Hervé Pouthier, "le Monsieur bois" du groupe Poujoulat.

Les massifs ligériens sont composés à 65% de résineux et à 35% de feuillus. "Au milieu de ces massifs de résineux, il y a des feuillus de qualité. Il était dommage de laisser inexploitée cette ressource et d'aller la chercher ailleurs. Moins il y a de camions sur les routes, et mieux tout le monde se porte !", sourit Hervé Pouthier.

SEF 42 va donc, dès à présent, prospecter auprès des propriétaires forestiers pour leur acheter leur bois. "Nous leur offrons une solution pour leurs feuillus. Ils n'avaient pas d'autres débouchés jusqu'ici", assure le pilote du projet.

Pas d'investissements au menu, Poujoulat n'ayant pas souhaité se mettre en concurrence avec les entreprises de travaux forestiers implantées sur le secteur.

"Nous allons les faire travailler en sous-traitance. Cette décision devrait avoir des conséquences importantes sur l'emploi lié à la filière bois, dans le secteur".

SEF 42 pourrait à terme, selon Mathieu Favrot responsable administratif d'Euro-énergies (filiale de Poujoulat pour l'activité bois), intervenir de la même façon pour les deux autres usines de production de bois énergies du groupe Poujoulat implantées dans l'Indre et la Haute-Saône.

Renforcement dans la Loire

Poujoulat, historiquement positionné sur la fabrication de conduits de cheminée et la fumisterie, s'est diversifiée depuis quelques années dans le bois énergie.

Il réalise aujourd'hui 53 millions d'euros de chiffre d'affaires avec cette activité et se positionne comme le leader français du chauffage bois.

Dans cette stratégie de diversification, il avait racheté le pôle bois du Haut Forez de Noirétable il y a 5 ans et l'avait rebaptisé Bois Factory 42. C'est cette usine qui sera chargée de produire des bûches à partir de bois local. Poujoulat est également présent dans la Loire avec l'entreprise Tôlerie Forézienne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :