A45 : l’avenir s’assombrit encore

 |   |  496  mots
(Crédits : DR)
La Ministre des Transports, Elisabeth Borne, a présenté hier les priorités du gouvernement en matière de grandes infrastructures. Sans qu’une réponse ne soit donnée au projet A45 en particulier, elles ne semblent pas favorables à ce dossier.

La probabilité de voir un jour l'A45 relier Saint-Etienne à Lyon semble s'éloigner encore un peu plus. Hier, la Ministre des Transports, Elisabeth Borne, a présenté aux membres du Conseil d'orientation des infrastructures, les priorités du gouvernement en matière d'investissement pour les 10 prochaines années. Elle n'a pas dévoilé le détail de ses arbitrages, dont un certain nombre ne semblent d'ailleurs pas encore tranchés, mais les grandes lignes avancées ne semblent pas favorables à l'A45.

Avec un budget de 13,4 milliards d'euros pour la période 2018-2022, priorité sera en effet donnée à l'entretien des réseaux existants, au désenclavement routier des villes de taille moyenne et des territoires ruraux et au développement des trains Intercités. Trois voies dans lesquelles ne s'insère pas le projet A45, ce serpent de mer appelé de leurs vœux par les milieux économiques stéphanois depuis de nombreuses années.

Le match semblait pourtant enfin gagné en 2008 lorsque l'Etat avait signé la DUP et demandé aux acteurs locaux de mettre lourdement la main à la poche. Effort conséquent que la Métropole de Saint-Etienne, la Région et le Département de la Loire s'étaient engagés à assumer.

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2018 à 7:28 :
Une excellente nouvelle pour la preservation de paysages exeptionnels.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :