"Contrat de confiance" : l'approche "frugale" de la métropole grenobloise

 |   |  834  mots
(Crédits : ML)
Désormais, pour percevoir des subsides étatiques, les collectivités sont tenues de limiter leurs dépenses de fonctionnement. Des contreparties qui modifient, en profondeur, les relations financières entre l'Etat et les collectivités, encadrées par un contrat financier, le "contrat de confiance". La métropole de Grenoble fait figure d’exemple au niveau national avec un taux de 1,19%, alors que la Ville de Grenoble n'a obtenu que 1,27%. Et que le département de l’Isère a choisi de ne pas signer. Troisième volet de notre série consacrée aux "contrats de confiance".

La métropole de Grenoble a déjà fait la moitié du chemin en s'engageant sur un taux de maîtrise de ses dépenses de fonctionnement de 1,19%, légèrement plus ambitieux que la moyenne nationale...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :