La métropole de Lyon restructure son offre entrepreneuriale

 |   |  637  mots
Le futur pôle entrepreneurial de la Duchère - prospective
Le futur pôle entrepreneurial de la Duchère - prospective (Crédits : Métropole de Lyon)
Exit "Lyon Ville de l'Entrepreneuriat", place à "LYVE". Pour dynamiser un réseau d'accompagnement à l'entrepreneuriat devenu obsolète, la métropole de Lyon fait évoluer son modèle vers une offre globale de services. Au programme : la création d'une plateforme digitale, l'ouverture de 3 pôles entrepreneuriaux adossés à un programme d'animation de l'écosystème et le renforcement d 'une communauté d'entrepreneurs.

Article publié le 19 décembre 2017 à 16h45, mis à jour le 15 mai 2018 à 12h00.

Lancé il y a 13 ans pour soutenir la création d'entreprise, le réseau "Lyon Ville de l'entrepreneuriat", composé d'une cinquantaine de structures d'accompagnement, avait besoin d'évoluer.

"Il était nécessaire d'aller plus loin que la création pour aller vers une offre de service complet et plus individualisée. Nous souhaitons accompagner les entreprises dans ses différents degrés de maturité pour assurer sa pérennité. Il s'agissait également de se mettre en phase avec les nouvelles façons d'entreprendre", avance David Kimelfeld, président de la métropole de Lyon.

3 pôles entrepreneuriaux

Le nouveau "LYVE" se traduit, entre autre, par la construction de 3 nouveaux pôles entrepreneuriaux.

Implantés sur le territoire de la métropole, en complément des 3 pépinières d'entreprises existantes (Plateau Nord, Rhône-Amont et Portes du Sud), ils visent à couvrir tous les bassins d'emplois : le nord de la Métropole avec le pôle de Neuville-sur-Saône (Val de Saône), le sud avec le pôle de Givors (Lônes et Côteaux du Rhône) et l'ouest avec le pôle de Lyon-La Duchère (Nord Ouest).

Plus qu'une pépinière, ces 3 pôles concentreront les offres en matière d'accompagnements et de services : bureaux, salles de réunion, espaces de coworking mais aussi organisations d'ateliers, de conférences, d'offres de mentorats.

Ils mixeront également les publics : porteurs de projet, entrepreneurs, professionnels de l'accompagnement, partenaires. Et devraient être animés par 2 collaborateurs rattachés au réseau.

En tout, 6 000 m2 de locaux dédiés aux créateurs (investissement total de 13 M€ HT financé par la Métropole de Lyon, 7 M€, la région Auvergne-Rhône-Alpes, 4 M€, et le FEDER, 1,4 M€) qui devraient héberger et accompagner, dès janvier 2019, plus de 100 entreprises par an, créer près de 300 emplois à 3 ans mais surtout permettre aux entreprises d'exister au-delà de 5 ans d'activité.

Communauté d'acteurs publics et privés

Ce nouveau programme se caractérise également par l'ouverture aux acteurs privés. Physiquement, les pôles sont implantés au cœur d'un ensemble immobilier "spécialement adapté au parcours résidentiel de la jeune entreprise", généralement construit par des opérateurs privés. 

A l'image du pôle de la Duchère qui s'inscrit dans un programme global de 5 700 m2 réalisé par le Groupe Fontanel Immobilier. Outre le pôle entrepreneurial de 1 700 m2, le promoteur construit 2 200 m2 pour Hydreka, le spécialiste de l'assemblage et de la distribution d'instrumentation pour la gestion des réseaux d'eau potable et 1 800 m2 de bureaux à la location, disponibles fin 2018.

Par ailleurs, le réseau s'est ouvert à près de 300 acteurs, publics et privés, concernés par la question qui participeront au programme d'animation.

"Plus qu'un changement de nom, c'est un vrai changement de modèle. Nous sommes rentrés dans une logique d'entraide et d'apports mutuels", avance Raddouane Ouma, chef de projet entrepreneuriat à la métropole de Lyon.

Accompagnement virtuel complémentaire

En attendant l'ouverture de ces lieux d'accueil physique, le nouveau réseau se dotera d'une plateforme digitale, le web d'entrepreneurs, opérationnelle dès mai 2018. 

Sur la base d'un tableau de bord personnalisé, elle permettra aux créateurs, grâce à des outils d'intelligence artificielle, d'avoir accès aux bonnes informations à chaque étape clé de son développement. Elle sera également connectée avec d'autres contacts en lien avec son secteur et son projet.

"C'est un véritable changement de posture. L'entrepreneur est au centre de la démarche, chaque information est poussée en fonction de ses besoins, au bon moment. Ce n'est pas la fin du modèle d'accompagnement physique, mais plutôt une bonne combinaison du virtuel et du physique pour le rendre plus performant", conclut Raddouane Ouma.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :