"Loi Pinel : pas question d’avoir des métropoles à deux vitesses"

 |  | 815 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Denis Doukhan (licence CC0 Creative Commons))
L’Assemblée nationale a validé vendredi dernier le coup d’arrêt du dispositif Pinel pour les zones où le marché de l’immobilier est estimé le moins tendu en le prolongeant néanmoins d’un an. Si le zonage n’est pas revu en sa faveur en 2018, Saint-Etienne Métropole serait alors une des deux seules métropoles françaises (avec Brest) à ne pas bénéficier de la loi Pinel. Elus et professionnels ligériens craignent une fuite des investisseurs.

"C'est mieux, mais nous restons mobilisés". En quelques mots, Maud Brunel, présidente de la Chambre des Constructeurs aménageurs (LCA Loire) résume la posture des professionnels ligériens de l'immobilier suite au vote des députés vendredi 17 novembre permettant une sortie finalement adoucie du dispositif Pinel.

Le gouvernement avait annoncé en septembre dernier un resserrement de ce dispositif, successeur en 2015 de la loi Duflot sur le logement. Il permet aux investisseurs de défiscaliser entre 12 et 21% de leur investissement en échange de l'obligation d'appliquer des loyers plafonnés pendant 6 à 12 ans. Ces loyers étant normalement inférieurs de 20 % en moyenne au prix du marché.

Lire aussi : Dispositif Pinel : quelles sont les agglomérations à éviter ?

Pour rappel, la France est divisée en 5 zones de A à C, en fonction de la situation immobilière plus ou moins tendue du territoire (les zones B2 et C ne bénéficiant pas de la Loi Pinel). L'objectif...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :