Allier : l'arrivée d'entreprises sur une ex-base militaire rebooste le territoire

 |  | 314 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : DR)
Depuis 1937, l'armée occupait la base aérienne de Varennes-sur-Allier. Fermée en août dernier, elle accueille depuis quelques semaines des groupes de réfugiés, mais elle est amenée à devenir un site logistique et d'entreprises important pour le territoire auvergnat. Premier à prendre possession des lieux, le groupe NSE (61 millions d'euros de chiffre d'affaires).

L'ex-base aérienne de Varennes-sur-Allier, créée en 1937, a fermé ses portes en août dernier. Mais déjà les premières entreprises prennent possession de cet ancien site militaire logistique.

L'annonce de la fermeture de la base, en 2008, avait créé un véritable séisme dans ce bourg rural de 4 000 âmes. Depuis, les pouvoirs publics et les élus locaux travaillent à trouver des solutions de reconversion pour cet ancien site militaire, qui fut durant des décennies le poumon économique de la ville, comptant jusqu'à 600 salariés. Fermé définitivement, l'ex-site logistique militaire de 32 hectares a déjà retrouvé des locataires.

1 800 m2 pour un client tenu secret

Le groupe NSE - déjà fortement implanté dans région - est le premier à investir les lieux. Dans l'ancienne base militaire, le spécialiste des systèmes électroniques civils et militaires disposera d'un nouveau pôle logistique et maintenance de 1 800 m2, pour un client tenu secret, mais travaillant dans le secteur de la défense.

"Nous avions besoin de place et d'un site très sécurisé comme celui de Varennes-sur-Allier. Nous avons travaillé avec les élus et le préfet pour obtenir ces garanties", commente Jean-Luc Simonin, directeur de NSE Varennes-sur-Allier.

Fort d'un chiffre d'affaires de 61 millions d'euros, dont 40 % à l'export pour 800 salariés dans le monde, NSE possède déjà son siège social à Nizerolles (Allier) et trois autres sites auvergnats. Auxquels s'ajoute désormais Varennes-sur-Allier.

400 nouveaux emplois

À terme, une trentaine d'emplois seront créés par le groupe sur le site. Loin de la période faste où la base aérienne comptait plusieurs centaines de militaires et de civils, mais ce début de redynamisation ne devrait pas s'arrêter là.

Selon la communauté de communes de Varennes-Forterre, une dizaine d'autres entreprises devraient trouver à s'implanter sur l'ancienne base aérienne, appelée à se transformer en un village d'entreprises, qui compterait à l'avenir 400 nouveaux emplois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :