Attractivité : un nouveau record d'implantations d'entreprises à Lyon

 |   |  377  mots
Quelque 90 nouvelles entreprises se sont installées sur le territoire de la métropole de Lyon en 2015.
Quelque 90 nouvelles entreprises se sont installées sur le territoire de la métropole de Lyon en 2015. (Crédits : DR)
Quelque 90 entreprises ont choisi de s'installer dans l'agglomération lyonnaise en 2015, un nouveau record. Mais l'attractivité du territoire souffre encore de freins, notamment dans le domaine des liaisons aériennes.

Alors qu'en 2014, l'Aderly (Agence de développement de la région lyonnaise) avait réussi à attirer 80 entreprises sur le territoire métropolitain (77 en 2013), on s'achemine vers un nouveau record en 2015. En effet, environ 90 entreprises se sont installées dans l'agglomération lyonnaise l'an dernier. Il faut y voir le fruit du travail mené par les services de l'Aderly, mais aussi la force de l'attractivité du territoire métropolitain.

En tête des classements

En la matière, la capitale des Gaules est même parvenue à détrôner Paris dans le classement des 15 métropoles françaises les plus attractives, établi par le cabinet d'audit PWC début décembre. De quoi conforter de nouvelles ambitions. "Nous avons dépassé le challenge européen. Lyon se situe aujourd'hui dans une compétition mondiale", confie Alain Galliano, vice-président de la Métropole de Lyon en charge du rayonnement international et de l'attractivité.

Pour poursuivre sa course à l'attractivité, la Métropole lyonnaise va donc multiplier ses efforts en direction des entreprises, spécialement à l'étranger. Après la Chine et l'Algérie au cours du dernier semestre 2015, le président de la Métropole devrait se rendre prochainement au Japon.

Renforcer les liaisons aériennes

Mais, si Lyon semble devenir une métropole désormais bien identifiée par les acteurs économiques, demeure un bémol. Celui de la desserte aérienne. Certes, la multiplication des lignes directes avec d'autres capitales européennes et le hub d'Emirates ont donné un peu d'air, mais la liaison avec New York fait toujours défaut.

"Le Lyon-Montréal direct ouvert cet été est déjà un progrès, même si cela ne suffit pas", fait valoir le vice-président.

Lire aussi : Air Canada : une ligne Lyon-Montréal très ambitieuse

L'exécutif métropolitain entend donc saisir l'opportunité de la recomposition du capital de l'aéroport Saint Exupéry pour aller plus loin. "Nous souhaiterions construire un véritable projet à échéance de plusieurs années avec le nouvel actionnaire", projette Alain Galliano.

Lire aussi : Aéroports de Lyon : début de la privatisation en février

Bien évidemment les vols directs avec New York sont la priorité, mais une liaison directe avec la Chine semble aussi tenir la corde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :