Musée des tissus de Lyon : trois mois pour éviter la fermeture

 |   |  440  mots
(Crédits : Sylvain Pretto/Musée des tissus)
Plus de 4500 ans d'histoire du textile, une collection qui regroupe près de 2,5 millions de pièces venant du monde entier : le musée des Tissus de Lyon et des arts décoratifs de Lyon est l'un des joyaux du patrimoine français. Un fleuron en péril, puisque depuis un an déjà, son propriétaire, la Chambre de commerce et d'industrie de Lyon, tire la sonnette d'alarme. Faute de solution le musée fermera en mars 2016.

En 2015, sur un budget de 2,5 millions d'euros, la CCI de Lyon en a consacré 1,7 million à son musée. Mais même si « nous y sommes très attachés, nous n'avons plus les moyens d'assurer seuls son avenir », a déclaré Emmanuel Imberton, président de la CCI, jeudi, à l'occasion du vernissage de « Génie 2.0 ». Cette nouvelle exposition réunit le travail d'excellence de 30 maisons de la région.

Des ressources en diminution

En trois ans, le gouvernement a décidé de diminuer les ressources fiscales de la chambre consulaire de plus de 38 %.

« Et comme si ça ne suffisait pas, l'Etat a ponctionné dans nos réserves : au mois de mars, nous avons dû faire un chèque de 14,8 millions d'euros au trésor public. En 2016, nous devrons faire une économie de 3 millions d'euros sur nos frais de fonctionnement », a égrené Emmanuel Imberton.

Jusque-là épargné, le musée ne pourra plus continuer « sans fonds propre », a-t-il déploré. Si aucune solution n'est trouvée, l'institution fermera ses portes en mars 2016.

Fin de non-recevoir de la part de l'État

Après une « fin de non-recevoir » de la part de l'Etat et des collectivités locales, une « réunion de la dernière chance » a été convoquée par le préfet de région, Michel Delpuech, qui « a pris le problème à bras le corps », a salué Emmanuel Imberton. Cette table ronde devrait avoir lieu courant janvier. L'occasion pour la ville de Lyon et la métropole de se positionner, cette dernière étant restée jusque-là très prudente sur un éventuel investissement, notamment en raison des coûts supplémentaires qu'elle doit assumer après s'être vu échoir la gestion du Musée des confluences et du musée gallo-romain de Fourvière.

Partenariat public-privé ?

« Si l'État s'engage, la métropole viendra, a souligné Emmanuel Imberton, regrettant l'actuel silence du ministère de la Culture. Et Laurent Wauquiez, on va lui laisser le temps de s'installer, on va l'inviter, j'espère qu'il s'engagera. » Parmi les solutions envisagées, celle d'un partenariat public-privé, via l'apport de fondations. Mais « le privé viendra si l'État s'engage, c'est la clé », a-t-il insisté.

Le patron de la CCI a salué l'initiative lancée par un collectionneur, le professeur Daniel Fruman, relayée par l'Union interentreprises textile Lyon région (Unitex) : une pétition en ligne qui a récolté en douze jours près de 37 000 signatures de plus de 50 pays. Preuve en est pour Emmanuel Imberton qu'au-delà des enjeux financiers, il s'agit de « l'histoire de nos racines lyonnaises » et du « plus grand ambassadeur de la métropole dans le monde ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2016 à 8:09 :
Il fut un temps ou la ville de Lyon avait à cœur de restaurer son image.Vouloir la faire ressembler aux grandes métropoles internationales.manifeste un complexe dont elle a toujours souffert : d ou son acharnement à prendre le train en marche de ce qu elle croit être l avant garde.Le musée des tissus fait partie de son patrimoine et de son identité et l intérêt qu il représente dépasse de loin cette "coquille" vide qu est le musée des confluences dont G Collomb ne mentionne pas le cout réel de construction et de fonctionnement! Qu y a t il derrière cette décision de la CCI? Certains pensent à une opération immobilière "juteuse" . Il est probable que les vrais motifs resteront
cachés. Il faut tout faire pour sauver ce joyau.
a écrit le 24/12/2015 à 19:07 :
Pour la culture, il faut que ce musée survive. En espérant que cela pourra marcher.
a écrit le 21/12/2015 à 14:35 :
Ce musée doit vivre, c'est notre culture, notre patrimoine, nous aimons notre ville, capitale des Gaules. Vive LYON
a écrit le 20/12/2015 à 18:24 :
M
Nos Gouvernants prennent bien la mesure de l'importance de la Culture...quand elle est a Paris! ;)
Si ce musée était dans la capitale,il serait capital et serait sauvé avant même d’être en danger.
C'est affilant :(
a écrit le 18/12/2015 à 20:52 :
l'expo qui a démarré est très intéressante, voire plus que certaines précédentes. Ce musée à un vrai potentiel mais a peut etre besoin de se réinventer et avoir des horaires plus adaptés...une femeture à 17h30 c'est surprenant
a écrit le 18/12/2015 à 13:29 :
Un des plus beaux musées de Lyon, avec des collections remarquables.
Il faut absolument sauver ce patrimoine inestimable, qui constitue parfois le seul souvenir que savoir-faire quasiment perdus.
Quel tristesse de constater que nos gouvernants ne prennent toujours pas la mesure de l'importance de la Culture et de l'Histoire.
Réponse de le 07/02/2016 à 11:28 :
je ne comprends pas pourquoi ce superbe musée , patrimoine et joyau de la ville de Lyon représentant les plus belles collections de tissus, costumes et autres de notre passé soit considérées comme ne faisant plus partie de
notre ville et nous prive de ces quelques dernières visites attractives que les touristes et curieux en soient privés.Alors que d'autres musées sont
apparus avec des constructions métalliques de très mauvais gout,qui ont coûtées très chères à la ville et ne représentent pas celle- ci dans toute sa réalité culturelle.Je soutiendrais toujours l'art passé étant une passionnée et considérant qu'il nous nourrit spirituellement, artistiquement et d'une certaine façon notre âme dans ce qu'elle a de plus beau.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :