AuRA : deux régions industrielles faites pour s'entendre

 |   |  916  mots
(Crédits : CC Flickr/ Fabien1309)
Rhône-Alpes et l'Auvergne : ces deux régions industrielles partagent la même valeur du travail. Anticipant le mouvement de fusion régionale, l'INRA se réorganise et prépare un schéma stratégique à l'échelle du nouveau territoire. Les pôles de compétitivité regardent d'un bon œil La disparition des frontières.

Premier groupe manufacturier de l'Auvergne, Michelin conservera sa pole position dans le futur périmètre Auvergne-Rhône-Alpes (AuRA), plus que jamais première région industrielle après l'Ile de France. Cela ne changera rien à la feuille de route du fabricant de pneumatiques clermontois mais c'est une fierté pour les auvergnats.

« Cela fait douze ans que je parcours les deux régions. Ces deux territoires sont très complémentaires et partagent la même tradition industrielle avec un vrai capitalisme familial et une valeur du travail partagée », s'enthousiasme Boris Lechevalier, directeur associé chez Altios International, société spécialisée dans l'accompagnement des entreprises à l'exportation.

Lire aussi : Région Auvergne-Rhône-Alpes : une union "gagnant-gagnant" ?

La démographie de la Suisse

Les avis sont unanimes : l'union Rhône-Alpes Auvergne ne peut être que bénéfique pour le développement économique du nouvel ensemble. «  11,4 % du PIB national et 7,6 millions d'habitants, c'est presque la démographie de la Suisse ou l'Autriche. Cette taille critique donne à AuRA une réelle visibilité à l'échelle européenne », appuie Yannick Neuder, qui préside l'AEPI (Agence de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :