COP21 : et si les solutions pour le climat se dessinaient à Lyon ?

 |   |  633  mots
(Crédits : Reuters)
Lyon accueillera les 1 et 2 juillet le sommet mondial Climat et Territoires, à six mois de la Conférence des Partis (COP21). Ce rendez-vous permettra aux acteurs locaux planétaires de mettre en avant l'importance d'une approche territoriale des enjeux climatiques.

J-170 avant la Conférence des partis (COP 21) de Paris. Si les décisions finales pour lutter contre le changement climatique seront prises lors de cette grande messe mondiale, la réussite de l'événement  se dessine en amont. Dans les tractations internationales, -  le G7 et le sommet de Bonn, par exemple, où pendant deux semaines, les 196 membres ont travaillé avec difficultés sur la méthode et la feuille de route afin de répondre à l'objectif de Paris, limiter le réchauffement à 2°c. Mais aussi dans les initiatives locales et les dynamismes territoriaux. A ce titre, la région Rhône-Alpes accueillera à Lyon le 1 et 2 juillet prochain l'un des derniers temps fort avant la COP 21 : le sommet mondial Climat & Territoires destiné aux acteurs non-étatiques.

Plus de 800 participants sont attendus : élus locaux de villes et de régions du monde (Maires de Bogota, Bristol, Addis-Abeda, Pittsburgh, Istanbul, etc.), mais aussi des représentants des associations, des ONG, des entreprises, des scientifiques. Ils auront un message clair : mettre en avant l'importance d'une approche territoriale des enjeux climatiques.

Eviter les échecs de Copenhague et Lima

Cette rencontre répond notamment aux échecs des derniers sommets mondiaux sur le climat. Des revers notamment dû à un manque de tractations préparatoires. A Copenhague (2009), puis à Lima (2014), les déceptions ont été à la hauteur des enjeux : des accords signés, mais pas d'actes formels imposant un respect strict des mesures. Pourtant, l'ensemble de la communauté scientifique est unanime pour dire qu'il faut agir d'urgence.  Elle l'a rappelé en novembre 2014 dans le dernier rapport du Giec.

Ainsi, un plan d'action (Lima-Paris) a été tracé pour préparer au mieux le terrain, et Lyon s'inscrit dans cette étape.

"Les collectivités territoriales et la société civile viendront à Lyon avec des engagements concrets et des propositions spécifiques qui sont le résultat d'un travail collaboratif de longue haleine", détaille  Bernard Soulage, vice-président de la région Rhône-Alpes, délégué à l'Europe et aux relations internationales.

Les acteurs territoriaux, en première ligne face au réchauffement

En première ligne face au changement climatique, les acteurs territoriaux mettront quatre questions principales sur la table : la capacité à agir ; la gouvernance, c'est-à-dire la nécessiter d'associer les acteurs locaux aux décisions internationales et nationales ; l'accès au financement pour soutenir les innovations ; la question du prix du carbone.

En plus des sessions plénières, 10 ateliers pilotés par les organisateurs permettront de finaliser des propositions concrètes. "Les contenus des ateliers sont définis depuis de nombreux mois. Les acteurs collaborent sur leurs thèmes respectifs depuis longtemps. Il s'agira donc d'en sortir des résolutions précises ", avance M. Soulage.

Les propositions seront également alimentées par la consultation citoyenne mondiale effectuée le 6 juin 2015. Dans chaque pays participants à la COP21, 140 personnes ont répondu à un questionnaire sur les enjeux du changement climatique.

Ces propositions seront-elles à la table des négociations à Paris ?

Ces mesures finales arriveront-elles jusqu'à la table des dirigeants mondiaux à Paris, au mois de novembre et décembre 2015 ? "François Hollande s'est engagé à faire remonter  les propositions issues du sommet de Lyon", explique Bernard Soulage. Le président de la République sera présent lors de cette événement, accompagné de Janos Pasztor, en charge de rédiger le texte final de la COP 21, ainsi que Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Seule cette dernière, ainsi que Laurent Fabius, président de la COP 21 et les anciens présidents des COPs, seront les personnages étatiques autorisés à prendre la parole. Histoire de laisser la priorité aux discours et aux actions des acteurs territoriaux, notamment Anne Hidalgo, la maire de Paris, qui devrait clôturer le sommet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2015 à 10:13 :
Il faudrait le dire à Monsieur Juppé puisqu'il participe à cette manifestation. Ce serait bon .pour lui
a écrit le 14/06/2015 à 6:53 :
Cela doit être l'objectif de la COP21: compléter l'objectif de résultats (le climat) par un objectif de moyens (une taxe incitative).
a écrit le 14/06/2015 à 6:49 :
Il faut augmenter le prix de l'énergie par une taxe incitative pour réduire le cout du travail à niveau constant. Que la France donne l'exemple.
a écrit le 13/06/2015 à 14:52 :
Et si de manip des chiffres pour les faire coller aux prévisions erronées en réajustement des objectifs et du discours; et si l'argent et le politique pervertissaient fondamentalement ce débat ou mieux encore, l'avaient fait naître et vivre de toute pièce pour des motifs n'ayant rien à voir avec ce qui est prétendu? Et si tout cela n'était encore une fois que pouvoir et argent, mais à l'échelle planétaire, avec à la clef la liberté des uns et l'imposition de la vision des autres?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :