ERAI  : date de remise des offres de reprise fixée au 18 mai

 |   |  601  mots
(Crédits : Reuters)
L'agence du conseil régional de Rhône-Alpes placée en redressement judiciaire le 14 avril dernier emploie 125 salariés en direct auxquelles s'ajoutent 89 personnes dans les filiales de droit étranger. Robert-Louis Meynet espère qu'une partie au moins des activités trouvera repreneur dès l'audience du 9 juin, au TGI.

Le temps est compté pour ERAI (Entreprise Rhône-Alpes International). L'association placée en redressement judiciaire le 14 avril dernier, 5 jours après s'être déclarée en cessation de paiement, a obtenu une période d'observation de six mois qui correspond à une durée théorique légale. Dans les faits son espérance de vie est estimée à quelque deux mois. Les AGS (régime de garantie des salaires) ont pris en charge les salaires du personnel des 15 premiers jours d'avril (jusqu'à l'ouverture de la procédure) et la trésorerie devrait être suffisante pour assurer leur versement pour le reste du mois en cours ainsi qu'en mai, en principe. La date limite de remise des offres de reprise a été fixée  au 18 mai à 12 heures.

Reconfiguration sur le cœur de métier

Robert-Louis Meynet, l'administrateur judiciaire espère ainsi que la cession, d'une partie au moins de la structure (le siège et des bureaux à l'étranger), pourra se concrétiser dès l'audience du 9 juin prochain au Tribunal de grande instance de Lyon.

Outre les 125 salariés de l'association s'ajoutent 89 personnes employées dans les filiales sous le régime juridique du droit des différents pays. Quoiqu'il en soit, l'outil devra être reconfiguré en déterminant le cœur de métier de cette structure créée, il y a 28 ans, pour accompagner les Pme de Rhône-Alpes à l'international et accroître l'attractivité du territoire régional. Le périmètre devra donc être redimensionné. Le conseil régional, le bailleur de fonds d'ERAI, est évidemment le premier concerné pour trouver une solution quitte à nouer des partenariats avec des opérateurs publics (Business France ..) ou privés (OSCI..).

La Région, première concernée

Après le séisme provoqué par les désaccords politiques il paraîtrait irresponsable à de nombreux observateurs que l'exécutif de Jean-Jack Queyranne ne propose pas une porte de sortie.

« Une première rencontre a eu lieu pour voir si nous étions capables de nous remettre autour de la table des discussions. Nous commencerons à travailler dans une dizaine de jours. Des missions d'ERAI doivent être conservées », confie Jean-Charles Kohlaas, co-président du groupe EELV (Europe Ecologie les Verts).

Il maintient son refus d'une reprise par l'ARDI (autre agence de la Région chargée de l'innovation ) dont il estime que « la structuration actuelle est encore plus opaque que celle d'ERAI. Un seul représentant de la Région siège parmi les huit membres du conseil d'administration ». Les élus Verts qui, par leur vote négatif du 6 mars dernier, ont contribué à couper le robinet des crédits de la Région versés à ERAI refusent de voir effacer le passif  (en cours d'évaluation : 5 voire 7 millions d'euros) sans savoir à quoi a servi l'argent public.

Maintenir la confiance des clients

La survie actuelle d'ERAI dépend aussi de la confiance que continueront à lui accorder ses différents clients et notamment les PME et TPE dans les semaines qui viennent. Selon nos informations, elle n'aurait pas perdu de contrats mais il faudra que les factures soient honorées. « Ce n'est ni la compétence des salariés de l'association ni son utilité qui ont été condamnés », par le vote du 6 mars, confie l'entrepreneur rhônalpin Yves Domenach qui s'en prend aux graves responsabilités du Top management de l'agence que présidait Daniel Gouffé depuis 2005. Aujourd'hui à la tête de « Aménagement et communication » Yves Domenach a été amené, pendant quinze années de sa carrière, à rencontrer les dirigeants d'ERAI en Amérique du Nord, Asie et Afrique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :