En Savoie, après les élections, la fusion ?

 |   |  629  mots
(Crédits : Flickr / CC BY-NC 2.0)
Ces premières élections départementales seront-elles les dernières que vivront séparément la Savoie et la Haute-Savoie? C'est le vœu d'Hervé Gaymard (UMP) et de Christian Monteil (divers droite), bien placés pour conserver leurs fonctions de présidents respectifs des deux conseils généraux. Mais le Parti socialiste et le Front national ne l'entendent pas de cette oreille.

Dans les deux départements des Pays de Savoie, la droite aborde les élections départementales sans grande inquiétude. Hervé Gaymard, élu président du conseil général de Savoie en 2011 au bénéfice de l'âge, devrait connaître moins de difficultés pour rester en place, d'autant que l'UMP et l'UDI ont joint leurs forces.

En Haute-Savoie, les deux partis de droite et du centre se lancent plus divisés, mais le président Christian Monteil ne devrait guère être inquiété par l'opposition socialiste qui ne compte que trois élus sur 34 actuellement.

Vers une collectivité Savoie Mont Blanc?

Aussi, les regards sont déjà tournés vers l'après-élections avec la volonté affichée des deux présidents de fusionner leurs assemblées pour les réunir sous la bannière de l'Assemblée des Pays de Savoie, présidée par Hervé Gaymard. Cette instance de concertation créée en 2001 deviendrait alors la collectivité territoriale Savoie Mont Blanc à statut spécifique, demeurant toutefois intégrée à la région Rhône-Alpes-Auvergne.

Pour Hervé Gaymard, qui a vu la majorité parlementaire et le gouvernement refuser son amendement créant la collectivité territoriale Savoie Mont Blanc le 20 février dernier, « cette fusion nous permettrait de conserver nos compétences, y compris en matière de développement économique » affirme l'ancien ministre de l'Économie de Jean-Pierre Raffarin. Il rappelle que la Savoie est actionnaire majoritaire d'outils de développement économique tels que les stations de Courchevel et de Val-Thorens.

Avancer malgré tout

Ce refus parlementaire n'entrave pas la volonté des deux chefs des exécutifs départementaux. « Ce projet de fusion est sur les rails, mais il n'est pas sécurisé », illustre Christian Monteil, qui espère une adoption en deuxième lecture à l'Assemblée nationale au printemps.

Et si l'amendement était à nouveau rejeté? « Nous pourrons toujours faire grandir l'Assemblée des pays de Savoie, qui englobe déjà des compétences en tourisme, dans le soutien à l'Université de Savoie, en agriculture et en culture », avance M. Monteil, qui entrevoit le rapprochement des services de soutien au développement économique. « Nous pourrions fusionner le CRITT de Savoie et Thésame par exemple », avance M. Monteil au sujet de ces associations de soutien à l'innovation. « Et nous saurons inviter le sujet dans la campagne des élections régionales », prévient-il.

« De la poudre aux yeux »

« C'est de la poudre aux yeux », rétorque Thierry Repentin, le chef de file de l'opposition socialiste au conseil général de Savoie. « Ce projet de fusion flatte l'identité savoyarde, mais celle-ci n'en a pas besoin pour perdurer. » L'ancien ministre délégué aux Affaires européennes de Jean-Marc Ayrault affirme que « cela n'apportera pas de moyens nouveaux, et qu'au contraire, cela fera dépenser davantage d'argent public. »

M. Repentin affirme également qu'une telle fusion reviendrait à « donner les clés à la Haute-Savoie », en octroyant davantage d'élus à la Haute-Savoie (750 000 habitants) qu'à la Savoie (420 000 habitants). Avant d'ironiser sur le fait qu' « on croit tellement à la complémentarité des deux départements qu'on n'a jamais accepté de transférer plus de 2% de nos budgets respectifs à l'Assemblée des pays de Savoie. »

 « une commune, un département, une nation »

Dominique Martin, le responsable du Front national en Haute-Savoie, souhaite que les deux départements continuent d'exister. « La doctrine du Front national est assez simple : une commune, un département, une nation », explique-t-il, ajoutant regretter qu' « on cherche à les remplacer par les communautés de communes, les régions et l'Europe ».

M.Martin concède qu'une association des deux départements serait « un atout bien supérieur au niveau international », mais qu'il faudrait alors tenir compte que « la Savoie est un département pauvre et la Haute-Savoie est un département riche ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2015 à 9:24 :
Il y'a tout de même un gros problème.
Monteil st un gestionnaire de bonne qualité et il est noté 15 sur 20 par les contribuables associés tandis que le profiteur Gaymard et ses maintenant 9 enfants lui n'est noté que 5 sur 20. Il espère donc ponctionner une parti de la bonne gestion de la Haute Savoie et profiter également des fonds frontaliers. LE PQUE ASSIETTE PAR EXCELLENCE.
Réponse de le 21/03/2015 à 18:38 :
Caricature de Gaymard, qui n'est parfait, comme personne, mais qui dispose d'immenses qualités humaines, proche des plus humbles, au fait des réalités et des politiques pragmatiques, et efficaces à conduire.l'autre Monteuil n'est pas à la hauteur, et montre toutes ses insuffisances, et dogmatisme.
a écrit le 20/03/2015 à 22:20 :
Peut-être une adhésion à la Suisse??? ou l'indépendance de la Savoie réuni. Ce sera certainement une meilleur option que la France communiste à la dérive.
a écrit le 20/03/2015 à 18:42 :
Il ne serait plus question d'une Savoie Pauvre et d'une Savoie Riche mais d'une seule Savoie avec des services et des couts optimisés. De meme que La Loire Atlantique Capitale Historique de La Bretagne, confisquée artificiellement par l'Etat doit lui etre rendue. Le Département Breton le plus " pauvre" Cote d'Armor, doit pour moitié intégrer la "riche" ile et vilaine, et pour Moitié le "riche Finistère". Les Alsaciens regrettent déjà rejeté leur fusion de leurs deux Dpts : haut rhin et bas rhin. On leur a flanqué la Champagne Ardenne sur le Plan Régional et inversement. Les Conseils Départementaux devront etre supprimés. Les Conseillers élus au plus près du terrain allant sièger à la Région, avec suppression des Conseils Régionaux élus de liste irresponsables individuellement face aux électeurs. Suppression des Sous-Préfectures, valables, au temps du cheval et de l'avant informatique. Délégation aux Communes avec les moyens correspondants de certains des services des sous-préfectures, par connection informatique avec La Préfecture. Réduction de 577 à 349 du nombre de députés et de 349 à 211 du nombre de Sénateurs (lesquels sénateurs sont indispensables par leur approche non politicienne, et de fond des dossiers) Suppression du conseil économique et social : 340 copains et copines privilégiés inutilement rémunérés à 3800 eur/mois : anomalie et scandale en république.
Réponse de le 20/03/2015 à 22:17 :
++++ 156.000 Bravo !!!
Réponse de le 20/03/2015 à 23:20 :
Sincèrement Grand Merci à Vous
Réponse de le 21/03/2015 à 15:49 :
D'accord avec vous .Une seule Savoie riche dans sa diversité son dynamisme et son histoire nombres de département devrait fusionner à l'exemple de la corse ,en Alsace avec le Ht Rhin et le Bas Rhin ou en drome Ardèche ,les Htes alpes avec les Alpes de Hte Provence,etc.etc...tous ça dans une France fédérale
Réponse de le 21/03/2015 à 18:30 :
Vous le dites si bien. Et donc des Fusions Authentiques Conformes à l'Identité, à l'Histoire, à La Culture, aux Langues Régionales à faire renaitre et à L'Histoire. Quelle cohérence entre l'Alsace et La Champagne-Ardennes, entre La Loire-Atlantique Capitale Historique des Bretons, et la Sarthe.
a écrit le 20/03/2015 à 18:40 :
Non pas que je sois nostalgique d'une période (l'Ancien régime) que je n'ai pas connue, mais force est de constater que si on revient au découpage pré-révolutionnaire, c'est qu'il n'était pas si mauvais que cela ! Et quant à ceux qui continuerait à se moquer de Louis XVI, qu'il sachent tout de même que la serrurerie était la haute technologie de son époque. Qui serait d'ailleurs capable aujourd'hui encore de démonter et remonter une serrure complexe ? Les progrès en matière de corruption de l'État sont évidents, mais pour le reste, on demande à voir :-)
a écrit le 20/03/2015 à 16:15 :
La plupart des Savoyards ont migrés sur Lyon et sa région, le FN ne devrait pas aller trop loin, aujourd'hui sa nation, doit bien comporter 50% de français d'origine italienne... Et quid de nous qui sommes des centaines de milliers à vivre en dehors de la Savoie...
Réponse de le 20/03/2015 à 18:47 :
comment peut on comparer des italiens traversant les alpes et des arabo-musulmans en croisade?
Réponse de le 20/03/2015 à 20:50 :
"La plupart des Savoyards ont migrés sur Lyon et sa région" ...N'importe quoi, vous en êtes encore à l'époque du ramoneur savoyard qui s'expatriait. Pour info, le taux de chomage en savoie est inférieur à celui du Rhône, ne vous en déplaise...
Réponse de le 21/03/2015 à 9:59 :
Mais moi je m'en fout que le taux de chomage soit inférieur ou supérieur, si la savoie arrive à créer de l’industrie je serais content, ça évitera d'être 3 millions sur une même agglo.
En attendant les consultants d'agences de recrutement sur lyon, sont pleines de Savoyards expatriés, donc si le taux de chômage y est moins important, ne vous illusionnez pas trop, c'est que les gens se déplacent de la savoie vers lyon.

Quand au phénomène de migration il date du moyen age et s'est accentué avec le 19e, donc ce n'est pas quelque chose de nouveau.

Quand aux italiens, quand ils sont arrivés, ils travaillaient à moitié prix et d'après les témoignages de l'époque, les savoyards voulaient leur faire la peau à cause de ça, alors mdr, il vaut mieux des italiens que des arabo-musulmans, je vous rappelle que l’extrême droite italienne maintient le fantasme d'un rattachement de la savoie à l'italie, enfin bon.

Et tout les colons germaniques vivant aux alentours de cluse, qui passaient leurs temps à piller la région de bonneville, heureusement qu'il y'avait ma famille pour les défendre et garnir les défenses avec la construction de 3 maisons fortes.

La savoie une nation, laissez moi rire, la savoie est comme la france, une terre de celtes, vivant au milieu de romain, de germain, de normands, de polonais, d'espagnols, de maghrebin,... Parce que la france est une terre de refuge est c'est ce qui fait notre force.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :