Le Grand Lyon devra beaucoup investir pour les eaux usées

 |   |  612  mots
(Crédits : Hubert Canet/Grand Lyon)
Les habitants du Grand Lyon peuvent être rassurés sur la qualité des services de l'eau potable et de l'assainissement, selon le rapport présenté par le Grand Lyon. En matière d'assainissement, la Chambre régionale des Comptes observe, toutefois, un taux annuel de renouvellement des réseaux inférieur à la moyenne nationale.

La qualité de l'eau potable, analysée au prisme de 129 032 paramètres, atteignait le taux de 99,6 % pour la conformité bactériologique et 100 % pour la conformité physico- chimique, en 2013, selon le rapport présenté aux élus communautaires, lors du dernier Conseil du Grand Lyon, le 15 décembre. Quant au rendement moyen de 80 % il devrait atteindre 85 % en 2015 en continuant à traquer les fuites. La facture, sujet très sensible car il touche à une ressource naturelle, s'allégera avec l'entrée en vigueur du nouveau contrat de délégation de service public (DSP), le 3 février 2015. L'abonnement diminuera de « 33 % à 43,5 euros. Le prix de l'eau au mètre cube, va lui baisser de 14 % à 1,09 euro », (hors assainissement) a rappelé Gérard Claisse, vice président de la Communauté urbaine.

Veolia Eau, opérateur unique

Contrairement à la DSP qui s'achève, la Communauté urbaine a fait le choix d'un opérateur unique : Veolia Eau. Ce délégataire, qui gère de façon quasi historique 85 % du réseau de production et distribution n'aura donc plus à le partager avec la Lyonnaise des Eaux et la Saur (15 % aujourd'hui) lesquels étaient en compétition pour l'appel d'offres attribué en janvier 2014, sur la base d'un cahier des charges très directif. Moyennant quoi, la Métropole se situera au « 3ième rang des agglomérations où l'eau est la moins chère, derrière Aix-en-Provence et Grenoble », a précisé Gérard Claisse.

 Une DSP de 8 ans

Le nouveau marché attribué à Veolia Eau -  le groupe créera une société ad-hoc « Eau du Grand Lyon »- représente un chiffre d'affaires de 660 millions d'euros sur la durée de 8 ans. Il s'accompagnera d'un volume de travaux (extension de réseaux, renouvellement des canalisations, branchements) annuels de 25 millions d'euros porté progressivement à 33 millions, en 2020. Ces investissements seront financés pour moitié par le délégataire et pour moitié par la Métropole, est il indiqué.

Efforts d'investissement à prévoir

En ce qui concerne l'assainissement (eaux usées et eaux pluviales), opéré en régie directe, les 10 stations d'épuration sont désormais toutes aux normes en application de la directive européenne sur les eaux résiduaires urbaines. « Le service assainissement a conduit un programme d'investissement soutenu de 70 millions, par an », sur les exercices 2010 à 2012 (données actualisées jusqu'en 2014), convient la Chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes, dans sa lettre d'observation définitive qui vient d'être rendue publique. « Malgré ce montant élevé, le taux annuel de renouvellement des réseaux se situent à 0,24 % soit 417 années pour une moyenne nationale de 0,7 % ». Si bien que les « réseaux nécessiteront à l'avenir un effort d'investissement encore significatif ». Il en ira de même pour les eaux pluviales.

 Temps de travail des agents

Par ailleurs, la chambre régionale des comptes s'interroge sur le taux de redevance annuellement fixé par le conseil communautaire : « s'il se situe dans la moyenne des villes comparable, le service rendu aux communes extérieures (au Grand Lyon), ne semble pas évalué juste prix », écrivent les magistrats. Toutefois, « en l'absence de compatibilité analytique exhaustive», ces derniers reconnaissent que « le coût de revient est difficile à  apprécier avec précision ». Une nouvelle fois, la chambre pointe « un temps de travail annuel des agents très nettement inférieur aux 1607 heures règlementaires ». A ce propos, Gérard Collomb a répondu que l'ensemble des politiques ressources humaines sera à réactualiser à l'occasion de la création de la Métropole. De ce sujet de friction avec les partenaires sociaux, il sera question lors de la nouvelle réunion prévue entre le président du Grand Lyon et les délégués syndicaux, ce jeudi 18 décembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2014 à 18:33 :
Dommage les fautes d orthographe honteuses
Réponse de le 18/12/2014 à 14:10 :
Les années d'expérience ne suffisent pas toujours à maîtriser toutes les contraintes liées à une écriture en flux tendu malgré une relecture attentive. L'erreur est humaine, trop humaine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :