Agent de joueurs de foot un métier qui s'apprend

 |   |  480  mots
(Crédits : DR)
Le métier d'agents de joueurs de football ne figure pas au cœur des préoccupations de la FFF, de la LFP ainsi que de la FIFA. C'est ce qui expliquerait entre autres certaines dérives. A Lyon, l'école des agents de joueurs de football (EAJF), installée depuis l'été, va former une quarantaine de personne à ce métier délicat.

En France, les transferts de joueurs de football défraient souvent la chronique. En témoigne la série de garde à vue à l'OM du 19 novembre dernier. Dans l'ombre, les agents de joueurs sont souvent pointé du doigt, avec une image détestable aux yeux de l'opinion. Sont-ils tous bien encadrés? Bien formés ? Depuis le mois d'aout une école d'agents de joueurs de football s'est installée à Lyon. L'EAJF dont le siège est à Paris à ouvert une antenne et va former une promotion de 42 personnes cette année.

"Trop d'idées reçues "

Dans l'inconscient collectif, tout le monde pourrait s'improviser agents de joueurs de football. C'est un leurre. "C'était peut-être le cas, il y a encore une quinzaine ou une dizaine d'années, selon Sidney Broutinovski, directeur de l'École. Mais aujourd'hui ce n'est plus le cas, c'est un vrai métier qui nécessite de la rigueur et de véritables compétences juridiques, humaines, comptables, etc. D'ailleurs, il faut, comme pour devenir entraîneur, réussir un examen fédéral qui lui seul donne droit d'exercer cette fonction devenue incontournable ».

Cette licence d'agents n'est pas délivrée directement par l'école qui insiste sur un rôle préparatoire. Actuellement seuls 20 % des candidats décrochent le sésame. Pour l'EAJF ce pourcentage très bas s'expliquerait par une préparation insuffisante des candidats. L'établissement propose un enseignement en elearning et par des sessions de cours avec des tarifs de 1849 à 3849 euros selon les modules.

Le championnat de France compte aujourd'hui 354 agents qui réalisent près de 40 millions d'euros de chiffre d'affaires dans un mercato estival qui génèrent à 144 millions d'euros d'achats pour 211 millions d'euros de vente.

Un manque de contrôle

Le métier est donc encadré, en théorie, pour éradiquer les brebis galeuses. Malgré tout, cette image lui colle à la peau. Pourquoi ? Pour une raison majeure, explique Sidney Broutinovski, " les agents sont censés déposer leurs mandats auprès des instances fédérales, mais très peu s'acquittent de cette obligation. Et comme la FFF et la LFP ne font pas appliquer les textes, cela permet à certains de prendre quelques largesses... Mais à une écrasante majorité, les agents sont honnêtes ".

Si les instances du football français ne sont pas très regardantes, la FIFA est encore plus légère en la matière. " La Fédération internationale ne fait pas de la profession d'agents l'une de ses priorités, car elle considère que gérer les relations en matière de transferts entre les clubs et les agents est une source de conflits trop importante " souligne le directeur de l'EAJF.

La FIFA va toutefois établir une circulaire, au 1er avril 2015, qui prévoit d'uniformiser le statut et le rôle d'agents de joueurs à l'échelle internationale. Un pas vers plus de transparence ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :