La CCI métropolitaine se met en marche

 |   |  493  mots
La CCI de Lyon et celles de Saint-Etienne et Roanne pourraient disparaitre sous leur forme actuelle d'ici fin 2015.
La CCI de Lyon et celles de Saint-Etienne et Roanne pourraient disparaitre sous leur forme actuelle d'ici fin 2015. (Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'économie)
Les présidents des CCI de Lyon, Saint-Etienne et Roanne ont présenté mercredi leur projet de CCI métropolitaine. L'objectif est de finaliser le rapprochement des trois chambres consulaires d'ici 11 mois.

Elle n'a pas encore de nom, mais l'élaboration d'une nouvelle chambre de commerce et d'industrie se précise. Mercredi soir, les présidents des CCI de Lyon, Saint-Etienne et Roanne ont dévoilé les bases de leur projet de CCI métropolitaine. Si tout se déroule sans accroc, elle se mettra en place sur les territoires des trois chambres actuelles à la fin 2015. Le périmètre de cette nouvelle CCI couvrira alors 80 % du bassin économique autour de Lyon, soit 100 000 entreprises. "Ce ne sera pas un échelon supplémentaire. Il n'est pas question non plus d'une CCI qui en absorbe une autre. Nous élaborons ensemble un modèle original" précise Emmanuel Imberton, président de la CCI de Lyon.

Répondre à la création de la métropole

Ce processus de co-construction a été amorcé par les trois CCI en avril 2014, dans un contexte de rigueur économique et de mutation institutionnelle. "Nous nous devions de répondre à la création de la métropole de Lyon. En face, il faut une structure consulaire adéquate et renforcer la cohérence territoriale en dehors des limites administratives. Nous sommes capables de nous autoreformer sans attendre la loi et des injonctions de l'État qui pourraient ne pas nous convenir " souligne Jean-Bernard Devernois, président de la CCI de Roanne.

Face à la réduction de leurs ressources, les trois présidents entendent réaliser des synergies et mutualiser les moyens. "Nous allons tout décloisonner. Quelle que soit leur localisation, les entrepreneurs auront accès aux meilleures prestations. Nous devons proposer de nouveaux services, former nos collaborateurs à des métiers nouveaux", indique André Mounier, président de la CCI de Saint-Étienne. Dans le contexte de rigueur, les CCI concernées indiquent ne pas encore avoir chiffré l'ampleur des économies et des restructurations internes que le projet impliquent.

De 60 à 80 délégués

La future CCI métropolitaine comportera trois grandes délégations : Lyon, Roanne et Saint-Etienne. Sa direction serait composée d'un président métropolitain, avec un bureau associant les trois présidents des délégations et d'autres élus. La nouvelle chambre consulaire comporterait 60 délégués, élus sur leurs territoires, 39 pour Lyon, 15 pour Saint Étienne et 6 pour Roanne. Toutefois, les trois présidents espèrent de l'État une dérogation pour une vingtaine de représentants supplémentaires.

Les assemblées générales des CCI seront appelées à valider la CCI métropolitaine lundi 24 novembre. Si le processus va à son terme, les prochaines élections consulaires de novembre 2015 s'organiseront sur la base du périmètre de la nouvelle chambre.

Ce mariage à trois pourrait être encore complété par les CCI Nord Isère et de Villefranche-Beaujolais pour l'instant réticentes à ce rapprochement."La porte reste ouverte dans les limites ou techniquement cela sera possible. Le calendrier est serré", souligne Emmanuel Imberton qui fixe la "deadline" pour les deux autres CCI à la fin de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :