Bade-Wurtemberg : des méthodes radicales

 |   |  482  mots
Dernière édition du startup week-end à Stuttgart.
Dernière édition du startup week-end à Stuttgart. (Crédits : Start-up week-end)
Quel est l’esprit d’entreprendre dans les régions du monde partenaires de Rhône-Alpes ? Acteurs de l’économie est parti dans différents secteurs du monde afin de comprendre la manière dont les populations, face aux difficultés trouvent les ressources et les motivations pour entreprendre. Premier épisode en Bade-Wurtemberg, la région allemande a fait le choix de supprimer les aides financières pour les demandeurs d'emploi, pour revaloriser l'esprit d'entreprendre.

Plus de 80 000 personnes ont franchi le pas de l'indépendance en Bade-Wurtemberg en 2013. C'est une moyenne légèrement inférieure aux autres länder. Les petites et moyennes entreprises contribuent à environ 40 % de la richesse de la région, le reste du marché étant largement dominé par des grands groupes comme Bosch qui n'emploie que très peu d'intérimaires.

Le statut de salarié est généralement préféré, et une bonne majorité de la population active ne considère pas l'entrepreneuriat comme une perspective professionnelle particulièrement attractive. Au lieu d'être envisagé tel un moyen de commercialiser une idée, l'entrepreneuriat est au contraire trop souvent perçu comme une solution de secours, un plan B, lorsque les efforts mis en œuvre pour obtenir un emploi salarié sont trop longtemps restés vains.

Pseudo-fondations

« Il y a quatre ans à peine, l'entrepreneuriat était encore très marqué par le chômage », explique Gernod Kraft, conseiller aux entrepreneurs au RKW (centre d'innovation et de rationalisation de l'économie allemande) à Stuttgart. « À l'époque, les demandeurs d'emploi pouvaient toucher neuf mois de chômage supplémentaire, à condition de développer une idée d'entrepreneuriat. On avait alors à faire à une masse de pseudo-fondations d'entreprises, qui en fait n'étaient pas envisagées sérieusement. » La région du Bade-Wurtemberg a mis un terme à cette aide financière. Le gouvernement du land Verts-SPD, au pouvoir depuis 2011, entend ainsi revaloriser l'image de l'entrepreneuriat.

L'Union européenne soutient cette initiative et finance les huit premières séances d'accompagnement au RKW pour chaque entrepreneur en herbe. Le fond social européen pour la région du Bade-Wurtemberg prend également en charge une partie des coûts pour les séminaires de formation à l'entrepreneuriat organisés par le RKW et la mairie de Stuttgart. Selon Gernod Kraft, ces mesures ont fait souffler un vent nouveau sur l'esprit d'entreprendre en Bade-Wurtemberg.

Préparer les étudiants

Le potentiel et la motivation des futurs entrepreneurs seraient bien plus palpables qu'avant, les pseudo-intentions de fondation évincées. « On a vraiment gagné en qualité, déclare Gernod Kraft. Désormais, on prend plus de temps pour les personnes ayant de vraies visions. » Les demandeurs d'emploi pour leur part sont priés de trouver une autre solution de financement s'ils souhaitent vraiment se lancer dans l'entrepreneuriat.

Dans les universités, les étudiants sont encouragés à réfléchir en dehors des sentiers battus. La situation économique ne permet plus comme autrefois de pouvoir évoluer au sein d'une entreprise tout au long de sa carrière. L'esprit d'entreprendre est devenu une qualité primordiale pour trouver sa place dans le monde du travail.

À l'Institut de fondateurs de l'université SRH de Heidelberg, les étudiants testent leur potentiel d'entrepreneur. Des projets similaires fleurissent un peu partout dans d'autres universités autour de Stuttgart. Objectif : préparer les jeunes diplômés aux défis qui les attendent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :