Lyon a faim de French Tech

 |   |  620  mots
(Crédits : Reuters)
Lyon est dans la course pour le label Métropole French Tech, la ville a déposé son dossier le 16 mai dernier, auprès du gouvernement Lyon compte 4 000 entreprises et représente le 2e pôle national du secteur numérique.

Les acteurs du numérique lyonnais ont présenté les atouts de la candidature lyonnaise jeudi en marge du Salon des entrepreneurs. La ville a déposé son dossier le 16 mai dernier, désormais, il est sur bureau d'Axelle Lemaire, Secrétaire d'Etat chargée du Numérique. Le dispositif French Tech s'inscrit dans le cadre du programme d'investissement d'avenir (PIA). Seules 6 ou 7 métropoles devraient décrocher ce label, pour former l'ensemble French Tech.

Derrière cette étiquette, l'enjeu est de favoriser la croissance des entreprises du numérique et la conquête de marchés internationaux. À la clé, c'est un potentiel d'investissement de 200 millions d'euros sur 3 ans, pour les entreprises des territoires labellisés. Un travail accru sur la visibilité à l'international, avec un budget communication et marketing de 15 millions d'euros.

34 000 emplois dans le secteur

« La ville de demain sera fondée sur le numérique. On ne parle pas assez du numérique à Lyon alors que nous sommes le 2e pôle en France, rappelle le maire Gérard Collomb.  L'agglomération compte 1 000 chercheurs, 4 000 entreprises, dont 300 à fort potentiel de croissance, 34 000 emplois et 600 évènements. »

Lyon peut s'appuyer sur ses 5 domaines d'expertise : robotique, big data, logiciels et programmation, contenus créatifs, plateforme web. L'une des particularités du label, c'est qu'il ne peut s'obtenir que si tous les acteurs publics et privés sont mobilisés ensemble. C'est donc sur un écosystème complet que s'est construit la candidature de Lyon. Il y a des têtes de réseau : l'Espace numérique entreprises, Imaginove, le cluster Edit, Rezopole, ou encore la Cuisine du web. On compte aussi les accélérateurs que le gouvernement veut mettre en avant, comme Axeleo, EMLyon ou Boost in Lyon et des évènements comme Robopolis, Cartoon Moovie ou Blend web mix.

Des recettes qui ont fait leurs preuves

Du coté des entreprises, des poids lourds comme Visiativ, Dimo Gestion ou Cegid sont en piste. « C'est l'excellence d'un territoire qu'on cherche à mettre en avant. Le sens de French Tech, c'est de mettre en route une dynamique, pour faire en sorte que l'attractivité du territoire se confirme, détaille Patrick Bertrand, directeur général de Cegid. « Il faut passer à l'étape supérieure pour créer un effet de masse. French Tech se sont des recettes qui ont fait leurs preuves dans la Silicon Valley ou en Corée du Sud », ajoute Guillaume Decitre fondateur de TEA-The ebook alternative. « Ce que j'attends de French Tech ,c'est qu'on arrive à mieux cadrer la communication pour attirer des salariés et des investisseurs à Lyon », poursuit Gauthier Cassagnau, à la tête de la startup Geolid.

Le cahier des charges du label prévoit de bâtir une stratégie de développement sur 3 ans. Il prévoit aussi un lieu phare pour le numérique. Jeudi, Gérard Collomb a confirmé ce que nous annonçions le 20 mai 2014, ce sera la Halle Girard dans le quartier de la Confluence. La rénovation du bâtiment sera effective au second semestre 2016.

Saint-Étienne aussi dans la course

En septembre, un jury international se réunira pour choisir les lauréats, le verdict sera connu au cours du second semestre 2014. Parmi les villes déjà candidates, on trouve Aix-Marseille, Lille, Nantes, Montpellier, Lyon, Toulon ou encore Saint-Étienne. Mais pour Gérard Collomb : « Saint-Étienne à vocation à rejoindre l'écosystème lyonnais ». Grenoble devrait également faire acte de candidature comme Bordeaux et Toulouse.

À terme, si elle obtient le label Metropole French Tech, Lyon ambitionne de devenir un référent européen dans le domaine du numérique, avec l'objectif, d'ici 3 ans, d'une centaine de startups présentes dans un dispositif d'accompagnement, et de 15 nouvelles entreprises championnes à l'international d'ici 10 ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2014 à 23:18 :
Bonjour,
Brest métropole océane est également candidate à la labellisation French Tech.
Pour en savoir plus sur cette candidature, consultez le site www.bresttech.com et le blog Brest Tech ou suivez @BrestTech sur Twitter.
Bonne journée

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :