René Souchon : "Il n’y aura pas d’économies avec la fusion"

 |   |  1239  mots
(Crédits : DR)
Le Président de la Région Auvergne revient pour Acteurs de l'économie sur la fusion avec Rhône-Alpes. Pragmatique sur les aspects économiques, il s'attend néanmoins à des difficultés dans le chantier de rapprochement des deux entités régionales. Il espère que la réforme territoriale ira au bout avec les moyens adéquats.

Acteurs de l'économie: La fusion avec Rhône-Alpes n'était pas votre premier choix. Est-ce un mariage de raison ?

René Souchon : Ce n'est pas un mariage d'amour, c'est un mariage de raison. J'avais trois hypothèses au départ : Rhône-Alpes-Auvergne, une grande région Massif Central Auvergne-Limousin-Centre et Auvergne Limousin seules.

C'est Rhône-Alpes-Auvergne qui a été choisie. Il y a des aspects très positifs et puis il y a d'importantes difficultés. D'abord c'est 1,3 million d'habitants qui arrivent d'un coup à coté de 6,3 millions de Rhônalpins. Les élus régionaux issus d'Auvergne seront à peine 20% dans cette assemblée, donc il faut vraiment que le respect soit dû à l'Auvergne, à sa richesse et à son potentiel même si elle est petite. L'autre souci que j'exprime, c'est que certains départements auvergnats comme le Cantal ne se retrouvent pas du tout dans cette fusion et choisissent à terme de rejoindre une autre région et que ce qui a été l'histoire de l'Auvergne éclate. Il ne faut jamais regretter les choses. Il faut être pragmatique.

Quels sont les avantages que vous voyez à cette fusion ?

Essentiellement sur le plan économique, avec Rhône-Alpes vous avez une visibilité à l'international pour les entreprises qui s'installent ou sont susceptibles de s'installer. Il y a déjà des flux économiques importants entre l'Auvergne et Rhône-Alpes. On devient la 2e région de France et la 7e européenne. Sur ce point c'est important. Ce sont les régions qui auront les compétences économiques et sur l'emploi.

Et les principales difficultés ?

Quand il s'agit de régler la question des transports en Auvergne, avec 50 habitants au km2 et 150 habitants au km2 en Rhône-Alpes, il n'y a pas les mêmes problématiques. Il y a des disparités entre les territoires. L'agglomération lyonnaise en population, c'est pratiquement le nombre d'habitants de l'Auvergne à 50 000 personnes près. Donc en termes de transports, il va falloir par exemple que sur Clermont-Lyon, on ne nous impose pas du cabotage à l'entrée de Lyon ou de Saint Étienne. Ce sont des choses lourdes à gérer. On y arrivera, mais cela prendra du temps.

Autre exemple, sur la formation, les lycées, les collèges ou les centres de formations d'apprentis. Comme il y a peu de population en Auvergne, il y a sur notre territoire de très petits collèges, maintenus au nom du développement rural et il faudra se battre pour continuer à les maintenir.

Jean-Jack Queyranne président de Rhône-Alpes a parlé mardi d'initiatives communes que vous prendrez autour de cette fusion. Lesquelles ?

On a des initiatives de fond, j'ai proposé que nos directeurs de cabinet et nos directeurs généraux se rencontrent pour examiner les dossiers. Et puis il y a des mesures plus symboliques. J'ai invité Jean-Jack Queyranne à l'inauguration du nouveau siège de la région à Clermont-Ferrand. Ce sera l'occasion de redire que les commissions permanentes régionales puissent se tenir à Clermont-Ferrand, que tout ne se passe pas à Lyon. Il y a d'autres choses qu'on traitera de la même façon. Ce n'est pas une région Rhône-Alpes qui vient là en conquérante, mais en partenaire pour valoriser les atouts des territoires. L'Auvergne a par exemple son propre projet "Auvergne 2030", ce sera pris en compte.

N'est-ce pas un peu le syndrome du Parlement européen d'avoir deux sièges ?

La différence, c'est que le Parlement débat de lois. Nous, on est dans l'opérationnel, on vote des schémas, mais on est aussi une instance de proximité. Les routes, les collèges, tout ça doit donner lieu à de la déconcentration. Vous ne pouvez pas reconstituer un État autour de Lyon qui va gérer à 500 kms les tuiles qui tombent dans un lycée ou un collège. Ce sont des choses très concrètes qui justifient des antennes importantes sur l'ensemble du territoire.

Mais le but de la réforme, c'est de faire des économies. Est-ce que là, il n'y a pas une incohérence ?

Quand le Gouvernement a annoncé des économies, il parlait de l'ensemble de la réforme. La presse a traduit économies, sur le premier acte, la fusion des régions. Sur ce premier acte, il ne peut pas y avoir d'économies. Dans un second temps, dans 5 à 10 ans sans doute. Mais l'essentiel des économies, ce sera dans la seconde phase. La disparition des Conseils généraux, la montée en puissance des intercommunalités et la fin des doublons avec l'État. L'État doit se réformer en même temps. Les intercommunalités, c'est là où il y a le plus d'économies à faire. Il y a beaucoup trop de doublons entre communes et communautés de communes. Mais au niveau de la fusion des régions, non il n'y aura pas d'économies dans un premier temps.

Vous ne redoutez pas trop de résistances dans le débat à venir, notamment sur la suppression des départements ?

Si on renvoie les décisions lourdes à après 2017, il y a un risque énorme que cela ne se fasse pas. Il faut engager les choses de façon irréversible avant 2017. Il faut être clair, les départements seront maintenus, ce sont les Conseils généraux qui vont disparaitre. Ils avancent que la proximité, c'est eux, mais sur le volet solidarité, où ils n'ont pas de marge de manœuvre, les intercommunalités ou les métropoles peuvent tout aussi bien s'en charger. Pour moi, c'est un faux problème. Dès lors qu'on donne aux régions la compétence d'aménagement du territoire, elles seront les partenaires des communes et intercommunalités.

J'ai été Conseiller général pendant 18 ans. Je sais ce que c'est. De l'intérieur, la structure doit évoluer en profondeur et je pense que la suppression des Conseils généraux va dans le sens de la modernité, même s'il est clair qu'il faut un échelon de proximité, qu'on retrouve avec les intercommunalités et les métropoles et d'une certaine façon, la Région.

Les compétences et les moyens des régions ne sont pas encore éclaircis. Quelles sont vos attentes dans ce domaine ?

Il y a deux projets de loi qui seront présentés. L'un sur la fusion des régions et l'autre sur les compétences et les moyens. Ce deuxième ne sera examiné qu'à l'automne et donc les nouvelles compétences ne s'appliqueront qu'en 2015. Sur les moyens, nous ne savons rien. Donc ça ne sert à rien de fusionner des régions, de distribuer des compétences sans moyens. À compétences identiques, les régions françaises ont 9 fois moins de moyens que la moyenne des régions en Europe. Donc il y a un vrai problème de compétences.

Il faut donc des marges de manœuvres sur la fiscalité ?

Aujourd'hui, les régions ne prélèvent pas d'impôts directs. Mais si la droite dit que les régions ponctionnent les contribuables, on ne prélève pas d'impôts. Il faut une fiscalité régionale ou une part de la fiscalité nationale conséquente en rapport avec les compétences qui sont les nôtres. On ne peut pas faire du développement sans moyens, on ne peut pas réaliser d'infrastructures sans moyens que ce soit les métropoles ou les zones rurales.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2014 à 15:19 :
René Souchon est loin d'être un expert économique ; il mérite plutôt un bonnet d'âne à ce sujet !
a écrit le 05/06/2014 à 13:33 :
Moi, je vote à chaque fois. Car quand j'aurais rempli ma carte, j'aurais un politicien gratuit. Si vous saviez ce que ça coûte un politicien. Une fortune...
a écrit le 05/06/2014 à 12:59 :
C'est marrant, tous les gars qui vous perdre du pouvoir avec la fusion (que pèse par exemple le président de la région Auvergne face à celui de la région Rhône-Alpes?) disent qu'on ne va pas faire d'économie.
Réponse de le 05/06/2014 à 19:19 :
De toute façon il sera à la retraite, il s'en moque. Il est évident que ça ne fera pas faire d'économies, ne serait ce que parce que les fonctionnaires auvergnats sont nettement moins payés que les fonctionnaires rhonalpins, et qu'il est peu probable que les salaires soient alignés à la baisse...
a écrit le 05/06/2014 à 11:59 :
Bonjour,
@eco : Les départements ne seront pas supprimés, cette réforme a été abandonnée sauf en Ile de France avec le Grand Paris ou 92,93 et 94 seront intégrés au grand Paris. Les économies se feront avec la disparition des conseil régionaux qui sont des doublons avec les interco et les régions. De plus la TVA va probablement prendre un point supplémentaire pour financer tout cela comme dans le reste de l'Europe.
@Single69 : L'autodétermination n'a aucun intérêt car les populations ne sont pas aptes à gérer les impératifs de fusion en terme d'infrastructure énergétique de transport et la logique économique sous-jacente à ces fusions. L'auto-détermination ne prends en général en compte que le coté culturel, et il compte assez peu dans la réorganisation actuelle. Le coté culturel devra se réorganiser au niveau départemental et plus du tout au niveau régional. La culture est de toutes les manières liée à une manière de vivre dans un lieu précis et non à la simple appellation d'une région ... .

Le but reste de réformer le pays en profondeur en supprimant les doublons, en faisant des économies et en augmentant les compétences et la productivité de nos 5,5 millions de fonctionnaires car il est devenu hors de question d'en recruter plus le budget de l'Etat et donc du peuple français ne peux plus en supporter plus. Il faut donc que la gestion du territoire soit efficace ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, que les infrastructures nouvelles soient créées en concertation et avec une réelle étude économique et sociale derrière (il doit y avoir besoin ou demande et équilibre budgétaire tout à la fois, mais la simple envie des élus ne suffit plus car elle conduit à des gaspillages pour des questions d'ego).
Enfin l'informatisation, l'automatisation et la mise en place généralisée des 35h pour tous les fonctionnaires permettrait une productivité accrue. Il faut supprimer les contrat de 30h ou 32h par semaine et permettre des amplitudes allant de 8h00 à 19h00 dans toutes les mairies de France, par roulement ce qui permettra enfin de coller au rythme de vie des citoyens français et des entreprises. Alors oui un peu moins de confort pour les fonctionnaires certes mais le maintien de leur avantages, de leur poste et une fonction publique renouvelée, respectée et au service réellement de la population.
a écrit le 05/06/2014 à 10:50 :
il a raison, il est prévu autant si ce n'est plus d’élus qu'actuellement. En plus ils seront dans l'ensemble mieux rémunérés puisque c'est fonction de l'importance de la population.
La seule vrai économie sera la suppression des départements et de tout ce qui va avec: c'est pas encore fait.
Réponse de le 05/06/2014 à 12:03 :
Une seule "région" la France, une seule décentralisation les départements!
Réponse de le 05/06/2014 à 13:03 :
bien d'accord, mais ce n'est pas ce qui est prévu
a écrit le 04/06/2014 à 23:09 :
L'autodétermination me semble importante.
Pourquoi l'Auvergne ne choisirait pas entre les 3 solutions par un scrutin majoritaire à 2 tours ? Le 1er éliminant la plus faible, le 2nd parachevant le choix ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :