Imaginove au pied du mur

 |   |  296  mots
©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie
©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie (Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'économie)
Le renvoi de son directeur, en novembre 2013 a mis en sommeil la crise qui depuis deux ans ébranlait le pôle de compétitivité de la filière des contenus et images numériques en Rhône-Alpes. L’a-t-il pour autant définitivement close ? Rien n’est moins sûr. Dans ce contexte éruptif, la nomination très prochaine d’un nouveau « patron » est très attendue. D’ici la fin de la semaine son nom sera connu.

La vie n'est pas un long fleuve tranquille. Celle d'une association non plus. Imaginove en fait l'expérience. Le pôle de compétitivité, référence en matière d'images et contenus numériques en Rhône-Alpes émerge, doucement, 24 mois après d'âpres tensions internes. Le feu a été arrêté à temps. Les braises sont encore chaudes mais des signes d'une nouvelle dynamique semblent envoyer des signaux positifs à la filière. « L'année 2014 sera de transition », prévient Carole Mangold prudente. Elue présidente du pôle lors du conseil d'administration du 9 juillet 2013 à la « majorité des suffrages exprimés », cette chef d'entreprise grenobloise n'a pas le rôle facile.

Stabiliser le « couteau suisse »

A elle de terminer de stabiliser et remettre à flot le « couteau suisse » porte-parole d'une filière régionale pesant 607 millions d'euros en 2012. Sur ses épaules, la pression est sensible. Les 160 adhérents attendent des retours concrets, les pouvoirs publics - autrement dit les financeurs - des résultats, et la petite dizaine de salariés de la structure une vision « claire ». Mettant ainsi un terme à deux années d'« endormissement », de « sur-place », de « manque » d'ambition et de développement comme le qualifient certains.

Entre une gestion interne n'ayant pas fait l'unanimité, une feuille de route 2013-2018 parfois critiquée et quelques professionnels « toujours » désunis dès lors qu'il s'agit de parler de transmédia, difficile dans ces conditions de rassembler. Surtout quand d'aucuns souhaitent un Imaginove ouvert, évolutif, dynamique et conquérant, d'autres, en revanche, désirent revenir voir l'audiovisuel et l'image animée au centre de la stratégie. « A trop vouloir chercher la nouveauté, on en oublie l'essentiel »...

A lire dans le magazine Acteurs de l'économie, nouvelle formule, en kiosque le 24 avril.

 Découvrez notre offre d'abonnement

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2014 à 13:56 :
Comment ne pas réagir à un tel article qui pose la Présidente en sauveur du pôle. Elle faisait en effet partie du CA précédent, qui a validé l’étude Media Valley (initiée par mes soins pour identifier de nouveaux relais de croissance autour de l'image), la feuille de route stratégique pour lesquels j’étais plus que moteur. Cette feuille de route, le développement de la relation avec les autres pôles et clusters, le lancement des Think tank, les actions menées sur Grenoble (CEA, IdeasLab, Inovallée), l’action lancée avec la Région et l’IFCIC sur le financement du développement pour la production AV et je jeu video…ne plaident pas en faveur d’un endormissement du pôle…Il suffit d'interroger les acteurs locaux pour s'en convaincre (Edit, Minalogic, IdeasLab, I-Care, Inovallée, Numelink,...)
De même le changement des statuts et notamment des collèges a été fait par l'ancien CA sur proposition du directeur général.
Si il n'y a eu aucune perte de subvention depuis 2011 et une situation financière saluée par le Commissaire aux comtes en Juin 2012, par contre le déroulement du CA de Novembre dont parle la présidente a "secoué" les financeurs publics, face à l'incapacité de certains administrateurs à comprendre les enjeux d’un pôle de compétitivité.
Quant à mon mode de management jugé trop entreprise, fait entre autre d'exigence, d'indicateurs et autres tableaux de bord, il est important de rappeler que c'est ce qui était exigé dans le contrat de performance du pole pour les 6 années à venir.
Le dernier CA et le fait qu'un des fondateurs ait claqué la porte ne semble pas avoir interpeller le CA sur une nécessaire remise en question…

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :