L'hôtellerie lyonnaise ne progresse pas sur l'année 2013

 |   |  316  mots
(Crédits : DR)
L'hôtellerie lyonnaise enregistre une stagnation en 2013. Le taux d'occupation ne progresse que de 0,2%. La fête des Lumières reste un élément moteur du secteur

En décembre 2013, tous les indicateurs d'activité de l'hôtellerie lyonnaise sont stables par rapport à la même période en 2012 selon les chiffres publiés par la chambre de commerce de Lyon.  En effet, avec un taux d'occupation en hausse de 0,2% et une légère contraction des prix moyens (-0,8%), le revenu par chambre (RevPAR) toutes catégories confondues termine le mois à -0,6%. Ces résultats sont néanmoins à nuancer sur trois ans ans, en recul par rapport à décembre 2011, avec une baisse de la fréquentation et du revenu par chambre de 3%. Sur le mois de décembre 2013, les hôtels classés une et deux étoiles affichent des hausses de RevPAR comprises entre +2% et +6% par rapport à décembre 2012, le segment deux étoiles étant le seul à voir sa fréquentation progresser (+3,3%). Les hôtels trois étoilent affichent des performances stables, alors que les catégories quatre et cinq étoiles voient leurs prix moyens diminuer de -1,1%, entraînant une contraction du RevPAR De -1,8%.

 La fête des Lumières booste les hôtels

Bénéficiant pleinement de la fréquentation nationale et internationale de la ville sur la période de la Fête des Lumières, les hôtels de l'agglomération lyonnaise ont fait des étincelles. Les données récoltées quotidiennement montrent une progression des indicateurs du secteur sur les quatre jours d'illuminations. Les prix moyens dépassent les 110 euros, en hausse de 2,1% par rapport à l'édition précédente, pour un taux d'occupation au-delà des 83%, soit 3,9% de plus que l'année précédente. Un pic de fréquentation avoisinant les 98% a été enregistré le samedi 8 décembre. Le RevPAR des établissements lyonnais augmente ainsi de 6,1%, pour atteindre les 93,2 euros. L'ensemble des catégories bénéficie de ces bons résultats à l'exception du moyen de gamme qui voit ses performances rester stables (-0,4%) par rapport à 2012.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :