Sécurité : le lyonnais Piman recrute un millier d'agents

 |   |  470  mots
Jean-Pierre Lach.
Jean-Pierre Lach. (Crédits : DR)
Le lyonnais Piman a démarré en 2009 dans le conseil et le pilotage de projets industriels. Il veut s'imposer sur le marché de la sécurité privé avec l'ambition de le démocratiser tout en offrant des services irréprochables. Pour ce faire, il se dit très exigent dans la sélection des agents, recrutés au sein des unités d'élite de l'armée, la gendarmerie ou encore la police nationale.

A l'origine, en 2009, consultant pour les grands projets industriels et investissements, le groupe lyonnais Piman a ensuite embrassé le recrutement d'ingénieurs pour ses clients (Talents by Piman) puis s'est lancé dans la création d'outils et applications digitales (Piman 2.0) pour le monde de l'entreprise. Dans la continuité de ses précédents métiers, il a pris pied dans la sécurité : cybersécurité, sécurité des infrastructures, gardiennage et sécurité des personnes.

"Quand on traite de ce sujet il faut savoir déchiffrer les données", argumente Jean-Pierre Lach, président-fondateur. "On ne peut pas dissocier les compétences humaines des compétences augmentées par des moyens électroniques".

Démocratiser la sécurité

Ce segment de la sécurité physique le groupe Piman le conjugue en BtoC sous la marque "My safe guard".

"L'Etat est en train de se désengager des missions de sécurité. Ce marché est d'avenir et  nous voulons le démocratiser", explique Jean-Pierre Lach. Pour autant ce dernier affiche l'ambition d'offrir des services irréprochables et à forte valeur ajoutée. Il insiste sur une sélection exigeante des agents : un millier d'ici au printemps 2018. Le dirigeant fait état de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :