Acies : Patrick Duvarry, l'énigmatique dirigeant

 |   |  1973  mots
Patrick Duvarry, dirigeant d'Acies.
Patrick Duvarry, dirigeant d'Acies. (Crédits : DR)
Depuis le début des années 1990, Patrick Duvarry dirige la société de conseil en crédit impôt recherche Acies Consulting Group, aux côtés de son associé de toujours Franck Debauge, ami et homme de réseaux. Aujourd'hui, sans doute fatigué par les nombreuses critiques et les différents procès intentés contre son entreprises par d'anciens salariés, le dirigeant se dit retiré de l'opérationnel, préférant mener d'autres activités entre mécénat et pétanque.

D'une période de domination du marché à des années plus difficiles côté clients, Acies Consulting Group, pionnière dans le conseil aux entreprises sur le dispositif du crédit impôt recherche, connaît un climat social tendu depuis 2005, « du moment où Patrick Duvarry nommera ses « fils spirituels », à des postes de direction ».

Des surnoms donnés en interne par les salariés en voyant l'entrepreneur lyonnais leur offrir sa plus grande confiance. Une erreur ? Parmi eux, le nom d'Arnaud Lacomme a été à plusieurs fois évoqué dans les témoignages recueillis. Entré en 2001, l'homme a démarré au plus bas de l'échelle, jusqu'à devenir directeur commercial de la société en 2005 avant de se voir, en 2007, intégrer le comité de direction de l'entreprise, jusqu'à son départ en 2009 pour divergences.

L'ascension est fulgurante, Patrick Duvarry, Pdg de la société, en fait son plus proche collaborateur et lui offre argent, pouvoir et reconnaissance. Si bien qu'une relation d'amitié nait entre les deux hommes.

« Paranoïa »

Arnaud Lacomme est en confiance, gère une grande partie de la société, et règne à bord... mais devient la bête noire de certains salariés. Car au-delà de ses missions, plusieurs ex-collaborateurs interrogés lui reprochent d'avoir été, durant toutes ces années, « l'informateur » de Patrick Duvarry, n'hésitant pas à lui faire remonter des informations sur des salariés, de peur qu'ils fournissent des éléments à la concurrence.

« On nous fliquait tout le temps, affirme une salariée, restée à peine une année. La première semaine, j'ai compris dans quelle entreprise j'étais tombée. »

Et c'est à partir de 2006, que les premiers gros soupçons de concurrence déloyale envers plusieurs salariés sont apparus - débouchant sur les affaires d'espionnage. Dès lors « tout le monde virait à la paranoïa de peur d'être surveillé », indique une ancienne collaboratrice ayant tenu « 20 mois ».

D'autres témoignages corroborent le malaise. En 2007, l'entreprise connaît sa première vague de départs, une vingtaine de personnes, dont certaines en ont profité pour créer leur société spécialisée dans le crédit impôt recherche.

De quoi rendre Patrick Duvarry furieux. À cet instant, ses contempteurs considèrent qu'il devient « aigri », « méfiant », « machiavélique », « abusant même de son pouvoir ».

L'intéressé se défend : « Lorsque vous donnez trop, vous...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :