Descours & Cabaud  : pas de reprise en France avant fin 2015

 |   |  555  mots
(Crédits : DR)
Le négociant lyonnais pesant près de 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires (2014) constate des activités très contrastées en Europe. La poursuite de la baisse des mises en chantier dans la construction le pénalise en France. L'Espagne confirme son net redressement économique, principalement dans le domaine industriel.

Descours & Cabaud, négociant lyonnais en fournitures pour l'industrie et le BTP, a enregistré un recul de 2,6 % de ses ventes consolidées à 1,228 milliard sur les cinq premiers mois de 2015. « Ce retrait est essentiellement dû à la France (- 5,1 %) », a expliqué Alain Morvan président du directoire lors d'une conférence de presse ce 3 juillet. Après un mois de mai marqué par de nombreux jours fériés, « nous venons de boucler un bon mois pour juin. Toutefois, dans le commerce B to B nous n'attendons pas de réelle amélioration avant la fin de l'année ».

Principale raison ? La poursuite de la baisse des mises en chantier dans le bâtiment : 332 logements en mai dernier selon des statistiques officielles.

Déflation dans les aciers

A l'international (20 % environ de son activité totale), le groupe affiche une progression de 0,7 % de ses revenus à fin mai. Le dirigeant évoque notamment un « très bon début d'année » dans ses filiales en Espagne - « où nous profitons de l'affaiblissement de certains concurrents »-, en Italie tandis que la situation se redresse progressivement aux Pays Bas, dans la construction.

En Amérique du Nord (64 millions de chiffre d'affaires à fin mai 2015 en recul de 5,6 %), «nous pâtissons de débuts d'année compliqués depuis deux ans du fait de la météo qui provoque des arrêts d'activité sur la Côte Nord atlantique. De plus, les importations d'aciers chinois sont venus perturber le marché américain  », commente Alain Morvan. Cette déflation des prix de l'acier s'observe partout et « pénalise toute la filière. Elle commence à se faire sentir dans la boulonnerie et l'huisserie  », insiste t'il.

Montée en puissance au Canada

Au Canada, où le groupe a pris pied en mai 2014 en s'invitant dans une société spécialisées dans la transformation d'acier (un nouveau métier pour lui), le distributeur se dit « très satisfait ». Il a d'ailleurs concrétisé, en avril, un nouvel achat au Québec : Outil Pac qui lui apporte 14 millions de dollars de recettes supplémentaires avec 48 collaborateurs. « Le maillage de ce pays commence par le Québec », a insisté le président du directoire laissant envisager d'autres opérations en dehors de cette Province. Il a rappelé la stratégie en matière de développement à l'étranger : « nous ciblons rapidement un ou deux métiers par pays dans lesquels voulons atteindre une taille critique ».

Sur la Toile

Descours & Cabaud se met au digital et s'est doté d'un département spécifique de 20 personnes : trafic managers, webmarketeurs, responsables de produits Web, autant de profils nouveaux dans cette entreprise vieille de 230 ans. Les premières livraisons express des commandes ainsi passées seront testées pour la fin d'année dans la région parisienne. Le groupe ambitionne d'atteindre 15 % de ventes via la Toile d'ici à 5 ans en dehors des "grands comptes" qui ont déjà accès à un Intranet.

Le groupe familial détenu par quelque 800 actionnaires et fort de 11.370 collaborateurs, conserve une santé financière saine et a dégagé 68,6 millions d'euros (+ 10 %)de résultat courant avant impôt pour 2,955 milliards (- 0,6 %) de chiffre d'affaires, l'an dernier. Son ratio dettes/fonds propres reste raisonnable à 45 %. Ses effectifs français ont encore été ponctuellement allégés mais aucun points de vente (585 dans le monde) n'a été fermé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :