Raymond Le Moign (HCL) : "Ce vaccin est la meilleure nouvelle que nous ayons eue"

 |  | 2551 mots
Lecture 13 min.
Le directeur général des Hospices civils de Lyon, Raymond Le Moign, ainsi que l'ensemble des membres du directoire des HCL, se sont fait vacciner cette semaine sous l'oeil des caméras pour envoyer un message fort.
Le directeur général des Hospices civils de Lyon, Raymond Le Moign, ainsi que l'ensemble des membres du directoire des HCL, se sont fait vacciner cette semaine sous l'oeil des caméras pour envoyer un message fort. (Crédits : DR/HCL)
ENTRETIEN. Aux Hospices Civils de Lyon (HCL), le second CHU de France, le coup d'envoi de la campagne de vaccination a démarré depuis plusieurs jours. Son directeur général Raymond Le Moign, l'ex-directeur de cabinet des ministres Agnès Buzyn et Olivier Véran et ancien dg du CHU de Toulouse, nous livre son premier bilan aux avant-postes d’une campagne inédite, où il sait déjà qu’il lui faudra redoubler d’efforts pour expliquer et convaincre pour contrer "l'hésitation vaccinale".

LA TRIBUNE AUVERGNE RHONE-ALPES - La campagne vaccinale pour lutter contre le Covid-19 se met doucement en branle depuis quelques semaines sur la scène nationale. Comment un établissement comme les Hospices Civils de Lyon,  second CHU de France qui regroupe au total quatorze établissements de santé (dont sept sites spécialisés et quatre structures gériatriques) vient s'inscrire dans cette stratégie ? Quel sera votre rôle au cours des prochaines semaines, alors que vous venez vous-même de prendre les commandes de cet établissement en juin dernier ?

RAYMOND LE MOIGN  - "Il faut tout d'abord rappeler que cette campagne nationale dépend de contraintes majeures, que sont les conditions de stockage et la spécificité de la chaîne d'approvisionnement des vaccins, qui requiert une chaîne du froid très particulière. Celle-ci ne peut être assurée que par de grandes structures régionales déjà équipées d'infrastructures, et qui ont ensuite la charge et la responsabilité d'irriguer et de réapprovisionner certains points sur le territoire comme la nôtre.

Ces contraintes devraient progressivement s'alléger, à mesure que d'autres vaccins deviendront disponibles sous d'autres modalités de conservation. Mais pour l'instant, nous sommes également contraints par le nombre de doses de vaccins mobilisables au démarrage de cette campagne, car les chaînes de production de Pfizer, qui demeure le seul vaccin autorisé à ce stade en France, présentent une capacité limitée. Le nombre de doses distribuables n'est pas extensible, et doivent donc être adressées à des publics prioritaires, qui ont été définis par la Haute Autorité de Santé (HAS)".

Vous avez donné le coup d'envoi de votre propre campagne vaccinale le 28 décembre dernier au sein de vos établissements : comment va s'échelonner concrètement cette campagne, et avec quels publics cibles ?

"On va d'abord retrouver une population de personnes âgées, qui se trouvent en établissements de santé ou en USLD (unités de soins de longue durée), et pour laquelle nous devons assurer un approvisionnement en vaccins pour le compte de différents établissements, comme les centres hospitaliers d'Albigny, de Sainte Foy les Lyon ou de Neuville sur Saône. Nous vaccinons également nos propres patients des unités de soins de longue durée.

Les HCL vont aussi déléguer des doses de vaccins aux établissements de santé qui souhaitent vacciner eux-mêmes leur personnel, dès lors qu'ils ont plus de 50 ans ou présentent des facteurs de comorbidité : c'est par exemple déjà le cas pour le Centre Lyon Bérard, ou encore du Centre Hospitalier Le Vinatier.

Nous aurons également la possibilité de vacciner notre propre personnel sur ces mêmes critères d'âge ou de prédisposition à des risques graves, ce qui représente environ 9.000 salariés sur les 23.000 agents que nous employons.

Enfin, les professionnels de santé libéraux peuvent également bénéficier de cette campagne vaccinale en se rendant dans les plateaux de consultation qui sont mis en place au sein...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :