Gel hydroalcoolique : Les difficultés d'approvisionnement pèsent sur la production

 |   |  335  mots
(Crédits : Stéphanie Borg)
Contrairement à d'autres secteurs d'activité, à l'arrêt total ou partiel suites aux dernières mesures sanitaires, les fabricants de gel hydroalcooliques sont particulièrement sollicités. Pourtant, les difficultés d'approvisionnement en matière première menacent la production des commandes.

L'épidémie de Coronavirus a multiplié par dix les commandes d'Eccsel, un fabriquant de gel hydroalcoolique notamment pour le secteur médical, situé à Tarare, près de Lyon.

"Aujourd'hui, on passe plus de 50% de notre temps à acheter des matières premières et le reste du temps à superviser les réceptions et la planification de la production. On ne passe plus une seconde à la vente," explique Nicolas Forcione, le dirigeant d'Eccsel.

Difficultés d'approvisionnement

De bonnes nouvelles qui augurent de bons résultats pour la PME de 10 salariés, à condition de ne pas subir de rupture dans la chaîne d'approvisionnement. Depuis quelques jours, l'épaississant, l'un des composants du gel hydroalcoolique, n'est pas livré. Cela pourrait mettre en péril la livraison des dernières commandes.

"Depuis lundi 16 mars après-midi, nous sommes inquiets. Nous attendons la quantité nécessaire pour nous permettre de produire l'équivalent de deux mois de commandes. Si nous ne sommes pas livré d'ici jeudi, nous serons à l'arrêt complet," s'inquiète Nicolas Forcione.

Autre difficulté : se procurer de l'éthanol, l'un des autres composants de la solution hydroalcoolique, dont les prix ont explosés.

"On a multiplié nos quantités d'achats par 10. Avant la crise, on passait 30 tonnes d'éthanol par mois, aujourd'hui nous sommes à 15 tonnes jours. Mais les prix ont augmentés de plus de 50%. Il y a encore un mois et demie l'éthanol coûtait 90 centimes le litre. Aujourd'hui, on est à 2 euros 25 centimes le litre", s'inquiète Nicolas Forcione.

Alors que, dans le même temps, le gouvernement a réglementé le prix de vente final de la solution.

Des salariés prioritaires

Pour assurer la sécurité de ses employés, le dirigeant fait appliquer les mesures recommandées.

"Tous les gestes barrières sont respectés. Les employés travaillent à une certaine distance. Nous désinfectons régulièrement l'usine et nous avons des masques à disposition si besoin. Evidemment tout employé qui présenterait des signes infectieux sera renvoyé chez lui," assure-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :