Lyon : La France s'engage à verser 90 millions d'euros pour la future Académie de l'OMS

 |   |  415  mots
(Crédits : Michel Pérès / Région Auvergne-Rhône-Alpes)
Lyon devrait accueillir la future académie de formation de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2023. La France s'est engagée à contribuer à sa création à hauteur de 90 millions d'euros.

Après avoir annoncé la ville hôte en juin dernier, le gouvernement français a assuré l'OMS de son soutien financier dans le cadre de la création de sa future académie à Lyon.

L'information a été confirmée par l'OMS suite à la rencontre, le 24 février dernier à Genève, entre le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, et le Ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

La France versera, sur cinq ans, 90 millions d'euros (100 millions de dollars) pour les phases de lancement et de mise en œuvre du projet. L'Etat et les collectivités locales (Métropole de Lyon, Région Auvergne-Rhône-Alpes et Ville de Lyon) devront verser 30 millions d'euros chacune. Reste à trouver 30 millions d'euros auprès du secteur privé pour boucler définitivement le budget français. Selon nos informations, certaines fondations privées auraient déjà été approchées.

"Les fonds promis par la France représentent une garantie pour que soit accélérée la création de l'Académie de l'OMS", indique l'OMS dans un communiqué.

Gerland en 2023

Cette académie, qui devrait disposer d'une antenne centrale à Lyon et desservir les six régions de l'OMS (Afrique, Amérique, Asie du Sud-Est, Europe, Méditerranée orientale et Pacifique occidental), offrira, selon l'OMS, "des possibilités d'apprentissage de haute technologie à la fois en ligne et en présentiel" pour répondre à ses objectifs de santé globale. Elle abritera également un centre de simulations d'urgence sanitaire "à la pointe de la technologie".

"À l'heure où l'actualité du Coronavirus est très présente, l'Académie de l'OMS deviendra un outil fondamental dans la préparation et la riposte efficace aux épidémies", commentent, dans un communiqué, David Kimelfeld et Georges Képénékian, respectivement président et vice-président de la Métropole de Lyon.

Le biodistrict de Lyon-Gerland devrait accueillir, d'ici 2023, les locaux de l'Académie. Ils devraient se situer à quelques encablures du futur Centre international de recherche sur le cancer.

"Cet engagement officiel de l'État vient conforter le rôle de notre territoire en matière de santé, de gestion sanitaire et de coopérations internationales, en positionnant Lyon sur l'échiquier mondial en matière de santé globale. Il repose sur la force de notre écosystème dans les sciences de la vie pour avancer sur ces sujets. L'ensemble des équipes de la Métropole sont d'ores et déjà pleinement mobilisées sur ce projet", affirment encore les deux édiles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2020 à 19:36 :
Bravo à l'équipe actuelle de la METROPOLE, il faut poursuivre et maintenir M. KIMELFELD à la tète de la METROPOLE.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :