Coronavirus : comment les entreprises d'Auvergne-Rhône-Alpes font face

 |   |  1152  mots
(Crédits : Reuters)
Alors que les premiers impacts du Coronavirus se font ressentir sur l'économie mondiale, les effets sur l'activité en Auvergne-Rhône-Alpes ne sont pas encore précisément connus. Les entreprises restent attentives à la situation.

Article publié le 18 février 2020 à 16h29, mis à jour le 27 février 2020 à 17h30

Alors que le bilan du nouveau coronavirus a atteint, ce mardi, 1 886 morts en Chine continentale et que le FMI estime qu'il pourrait avoir un impact négatif sur la croissance mondiale de l'ordre de 3,3% selon les réactions de la Chine, Auvergne-Rhône-Alpes pourrait également souffrir de la crise sanitaire. En effet, la Chine est le troisième pays fournisseur d'Auvergne-Rhône-Alpes en 2019 : il représente 10,1% des importations totales de la région et 3,4% des exportations.

Entre attente et diversification

Certaines entreprises tentent de diversifier leurs fournisseurs pour éviter une rupture d'approvisionnement. A l'instar du géant biopharmaceutique spécialisé dans la santé humaine Sanofi, qui compte plus de 100 000 collaborateurs dans 100 pays, et 3 usines en Chine. Sanofi a annoncé, ce mardi 18 février, qu'il s'alliait au ministère américain de la Santé pour développer un vaccin contre le nouveau coronavirus.

"L'épidémie a coïncidé avec la période du Nouvel An chinois. Pour l'heure, deux usines ont été rouvertes, seule l'usine de Schenzhen reste fermée sur recommandation du gouvernement chinois. Pour l'instant, on contrôle la situation, notre production est sécurisée, car nous diversifions nos approvisionnements", explique un porte-parole de Sanofi à Lyon.

D'autres entreprises misent sur les délais de fabrication. Babolat, l'entreprise familiale fondée en 1875 à Lyon, leader mondial du cordage et des raquettes de sports reste confiante.

"L'un de nos fournisseurs chinois est à l'arrêt. Notre planning de fabrication est retardé, mais comme nous prévoyons toujours des marges cela n'atteint pas le consommateur. Nous ne déplorons pas de rupture de stock mais si la fermeture se prolonge, la situation va rapidement devenir compliquée", souligne Antoine Ballon, responsable marketing (tennis) chez Babolat.

Denis Olivier est le patron de Reivilo, une entreprise de 14 salariés installée près de Saint-Etienne. Son entreprise fabrique des portes d'intérieurs et des poignées de porte, elle importe ses produits de Chine. Il compte sur son surstockage pour affronter la crise.

"Heureusement, nous avions anticipé le Nouvel An Chinois. Nous savons qu'à cette période, tout est stoppé pendant un mois. Nous avons donc de quoi tenir jusqu'au mois de mai, mais je suis inquiet sur la durée de cette crise. Pour être livré pour le mois de mai, il faut que la production reparte dès le mois de mars. Sans compter qu'il y aura ensuite embouteillage sur les bateaux...".

La prudence est de mise

Le Groupe SEB qui compte 7 usines en Chine, dont une seule est située dans la province de Wuhan - Hubei, annonçait par communiqué le 30 janvier que les usines chinoises prolongeraient la fermeture annuelle du Nouvel An chinois d'une semaine supplémentaire "compte tenu des circonstances exceptionnelles et conformément à la demande des autorités chinoises". Le groupe a précisé n'avoir actuellement aucun employé en mission en Chine et a interdit les voyages dans le pays par sécurité.

Au 27 février, 6 des 7 usines chinoises ont repris progressivement leur activité, mais l'usine située à Wuhan, épicentre de la crise, reste en quarantaine pour l'instant. Les autorités chinoises n'envisagent pas la levée de la quarantaine avant mi-mars, a précisé le groupe dans un communiqué publié le 26 février, à l'occasion de la publication de ses résultats annuels

Certaines écoles doivent également faire face aux conséquences du nouveau virus. C'est le cas de l'emlyon business school qui a un campus à Shanghai. L'école a mis en place une cellule de travail multidisciplinaire, pilotée par Bénédicte Bost, qui suit quotidiennement le sujet et engage des mesures de prévention et d'accompagnement. L'école a notamment décidé d'annuler tous les déplacements prévus en Chine au 1er semestre 2020.

"Nous devons trouver des solutions pour les 510 étudiants qui devaient partir pour des stages ou pour un semestre d'étude. Quatre étudiants sont actuellement en Chine (aucun ne se trouve dans la région du Hubei) pour effectuer un stage. Nous leur avons proposé un rapatriement mais ils ne le souhaitent pas. Le campus de Shanghai, devait rouvrir le 9 février après les festivités du Nouvel An chinois mais à cause du virus, il restera fermé jusqu'au 24 février. La fermeture pourra être prolongée si le gouvernement chinois estime cela nécessaire," précise Bénédicte Bost.

Tous surveillent étroitement la situation.

"Tous les vendredis, on fait un point sur l'évolution de la production. Elle devrait reprendre à 100% dans les prochains jours mais on dit surtout à nos fournisseurs de privilégier le bien-être des employés. On devait prévoir des déplacements en Chine, mais on va attendre un peu", confirme Antoine Ballon.

Dépendance de l'approvisionnement chinois

Irène Breuil, présidente de la délégation stéphanoise de la CCI Lyon Saint-Etienne Métropole Roanne et dirigeante de l'entreprise Kodev qui compte 5 salariés et réalise 820 000 euros de CA. Elle fabrique notamment des mules et des tongs pour les spas, pour cela, elle a besoin de matières premières qu'elle importe de Chine.

"J'ai deux containers bloqués en Chine. Nous pouvons pour l'instant produire jusqu'à fin avril mais je sais d'ores et déjà que nous aurons une rupture de charge car il faut 2,5 mois entre la commande et la réception".

Certaines commandes ont déjà été passées, mais la livraison est incertaine. Sa trésorerie pourrait en pâtir.

"Je suis très inquiète, car j'ai déjà payé la moitié du montant de la commande. Cela immobilise de la trésorerie alors que je n'ai aucune vision sur la date de livraison. Si j'annule cette commande, je ne sais pas si je pourrai récupérer mon argent".

Cette crise est l'occasion pour l'entreprise de repenser sa stratégie d'approvisionnement.

"J'ai missionné aujourd'hui même un expert pour me dénicher de nouveaux fournisseurs plus près de nous, en Europe dans l'idéal. Ce Coronavirus aura peut-être au moins un effet positif : nous faire prendre conscience que nous devons changer nos modes d'approvisionnement. Bien sûr, nous devrons payer plus cher nos matières premières et répercuter ce coût sur nos prix de vente mais les consommateurs doivent aussi accepter de payer plus cher pour une meilleure qualité et sécurité de ce qu'ils achètent".

Pour cette chef d'entreprise, le bilan est sans appel :

"Il faut en finir avec ces approvisionnements massifs en Chine".

Pourtant certaines entreprises réussissent à tirer des avantages de cette crise. C'est notamment le cas de Lynred, le spécialiste isérois des technologies infrarouges intégrées au sein de caméras thermiques. Le coronavirus pourrait avoir un impact positif sur ses ventes puisque ses caméras sont notamment déployées dans les aéroports pour contrôler les mouvements de passagers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :