Homéopathie : Valérie Poinsot, des Laboratoires Boiron, affirme être "plutôt confiante"

 |   |  532  mots
(Crédits : DR)
Malgré l'avis défavorable rendu par la Haute autorité de santé, la directrice générale de Boiron espère que le gouvernement va maintenir le remboursement des médicaments homéopathiques. Elle appelle, pour cela, à l'organisation d'un moratoire et d'un débat parlementaire.

Valérie Poinsot se dit décidée à ne "rien lâcher". Alors que la Haute autorité de santé (HAS) a rendu, comme pressenti depuis plusieurs jours, un avis défavorable au remboursement des médicaments homéopathiques pointant une "efficacité insuffisante", la directrice générale de Boiron lance la contre-attaque.

Aux côtés de partisans de l'homéopathie (laboratoires, médecins, association de patients) elle a réclamé, ce vendredi, l'organisation d'un moratoire pour évaluer l'intérêt de santé publique des traitements homéopathiques. Valérie Poinsot souhaite également un débat parlementaire ainsi qu'un débat public "pour tenir compte de l'avis des Français". Avec, pour objectif affiché, que le gouvernement ne suive pas la recommandation de l'HAS.

"L'avis défavorable de l'HAS n'est pas une surprise, cela fait un moment que nous nous attendions à cette réponse car la commission de transparence n'est pas adaptée pour l'évaluation de l'homéopathie. Nous allons donc poursuivre la mobilisation engagée et je suis plutôt confiante quant à une issue positive. Les conclusions de la HAS sont incohérentes avec les enjeux majeurs de santé publique", déclare Valérie Poinsot à La Tribune.

Une pétition à plus de 1,1 million de signatures

La dirigeante se réjouit notamment d'une forte mobilisation des pro-homéopathie (patients, médecins...), avec une pétition appelant au maintien du remboursement des médicaments homéopathiques qui a dépassé 1 130 000 signatures.

"Je fais aussi confiance à la ministre de la santé Agnès Buzyn qui a rappelé, par le passé dans la presse, que les Français étaient contents de l'homéopathie. Et je n'ai pas compté le nombre de parlementaires qui sont favorables à l'homéopathie, mais ils sont nombreux. On pourrait aussi imaginer une loi qui pourrait traiter de façon spécifique l'homéopathie", rapporte Valérie Poinsot.

Outre la question de santé publique, Boiron fait valoir un enjeu en terme d'emploi. Le leader mondial de l'homéopathie, qui compte 2 600 collaborateurs en France, estime que plus d'un millier de postes pourrait être menacé en cas de déremboursement selon la direction.

"Les collaborateurs sont à la fois inquiets et très combatifs. Ils ne restent pas à pleurnicher dans leurs bureaux, ce n'est pas notre style, mais ils sont mobilisés contre une décision qu'ils trouvent incompréhensible", poursuit la directrice générale de Boiron.

Gérard Collomb va saisir la ministre de la Santé

Des salariés de Boiron qui se sont réunis, avec des patients et des professionnels de santé, devant l'Hôtel de Ville de Lyon. Des représentants syndicaux ont notamment été reçus par Gérard Collomb, qui avait déjà adressé un courrier au président de la République pour alerter des conséquences d'un possible déremboursement pour l'entreprise lyonnaise.

"Compte tenu de ces enjeux, Gérard Collomb s'est engagé à saisir la Ministre de la Santé, Agnès Buzyn, pour qu'aucune décision ne soit prise sans étude complémentaire de santé publique (...) car cette médecine est utilisée par de nombreux Français (...) et intervient en complémentarité d'autres traitements allopathiques", prend position, dans un communiqué, la Ville de Lyon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2019 à 5:38 :
merci

je suis pour
a écrit le 28/06/2019 à 22:42 :
Que les partisans de l'homéopathie continuent à se soigner avec leurs billes de sucre, mais à leurs frais.
a écrit le 28/06/2019 à 18:45 :
bonjour
des centaines de médicaments depuis une dizaine d'années qui avaient démontrés leur efficacités ont dans un premier temps été réévaluées pour être jugés insuffisamment efficaces donc ramenés à 35% de remboursement puis finalement déremboursés.
Pourtant plein de gens les trouvaient efficaces!!!
Aujourd’hui une thérapeutique qui n' a jamais rien démontré,reste remboursé!!!!!!
si ça c'est pas du lobbying et du chantage à l'emploi!!!!!!
Réponse de le 29/06/2019 à 18:13 :
La référence de comparaison d'efficacité d'une molécule c'est le placebo.
Le placebo a 40% d'efficacité (alors que c'est "rien", du sucre ou de l'eau colorée), l'homéopathie également, y a donc une efficacité (voir le livre du spécialiste sur le pouvoir du cerveau, si on y croit, et qu'on s'occupe du contexte de vie de la personne pour voir d'où vient son mal (quand pas vraie maladie) et non uniquement du symptôme, etc), comment trouver un effet "supérieur" si on a déjà 40% d'effet positif sans effet secondaire ??
Je m'avance, il faudrait voir si ça n'a pas d'effet secondaire, l'homéopathie !
Mon seul essai dans le domaine contre le mal de mer n'a pas fonctionné du tout ! Je suis malade avant de monter sur le ferry, crainte que la mer ne soit pas d'huile, faut du musclé comme médication(Mercal*). :-)
Je demande à ceux prenant de l'homéopathie de réclamer de l'allopathie, chère et avec effets secondaires, même pour un bobo, malaise, ... Je suis ancien-chimiste, santé = synthèse ou rien !! :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :