Allyane doit confirmer en 2019

 |   |  513  mots
(Crédits : DR)
Allyane, qui a développé un procédé non intrusif de rééducation des troubles de la motricité grâce à l’imagerie mentale et aux sons de basse fréquence, a fait l’objet de plusieurs publications scientifiques depuis début 2018. Deux levées de fonds sont prévues en 2019 afin d’accélérer son développement commercial.

Allyane accélère tant sur le plan commercial que scientifique. L'entreprise, créée en 2014, propose une alternative aux personnes qui ne progressent plus dans le cas de boiteries ou de douleurs neuropathiques, bien que toutes les causes mécaniques aient été traitées : pathologies du genou, faiblesses musculaires, instabilités de chevilles, limitations d'amplitude de l'épaule, suites d'AVC...

Sa méthode repose notamment sur l'utilisation de l'imagerie mentale, dont l'efficacité est renforcée par l'utilisation de sons basse fréquence produits par un appareil spécifique baptisé "Alphabox". Ces sons en mettant le patient dans un état de conscience intermédiaire, permettrait au cerveau d'assimiler plus facilement et durablement de nouveaux gestes, moins traumatiques. D'une certaine manière, il s'agit de reprogrammer le cerveau qui aurait pris de mauvaises habitudes en cherchant à compenser une blessure désormais guérie.

Des premiers résultats éloquents

Depuis avril 2018, son procédé a fait l'objet de plusieurs publications, dont deux articles, dans des revues spécialisées. Allyane a également décroché en 2018 le qualificatif de "dispositif médical" pour son Alphabox, dont la production est basée à Vichy. Il ne lui reste donc plus qu'à réaliser une étude clinique indépendante, programmée d'ici la fin de l'année 2019, pour valider définitivement l'efficacité de son procédé.

Toutefois, les premiers résultats semblent éloquents : sur plus de 900 patients traités en 18 mois dans son centre du 4e arrondissement de Lyon, Allyane revendique 92% d'efficacité perçue en fin de séance. Un article, traitant plus particulièrement de l'utilisation de ce procédé dans les lombalgies chroniques, évoque quant à lui une amélioration franche de la marche pour 71% des patients, 2 à 6 mois après la dernière séance. Le traitement, non intrusif, n'a généré aucun effet secondaire chez les patients traités à ce jour.

Des partenariats, conclus avec le Centre orthopédique Santy (Lyon), le CERS Ramsay de Capbreton, l'Université Claude Bernard (Lyon) et le Centre médico-chirurgical de réadaptation des Massues (Lyon), devraient continuer d'éprouver la méthode dans le temps.

Un défi commercial à relever

Ces validations scientifiques, jusque à présent manquantes, doivent désormais permettre à la jeune pousse d'accélérer son développement commercial en l'ancrant davantage dans son écosystème médical. Car, si Allyane a triplé son chiffre d'affaires en un an, celui-ci s'établit tout juste à 500 000 euros en 2018 pour 14 collaborateurs. Pour espérer atteindre l'équilibre, normalement en 2020, l'entreprise doit encore doubler ses revenus cette année.

Afin d'y parvenir, elle est en train de boucler une levée de fonds de 500 000 à 600 000 euros auprès de Bpifrance et de ses investisseurs historiques : les dirigeants d'Allyane et des business angels. Une deuxième levée de fonds pourrait également avoir lieu plus tard dans l'année.

Pour se diversifier, la jeune pousse envisage par ailleurs de nouvelles applications, notamment dans le domaine du sport. En corrigeant les mauvais gestes et les défauts de postures, elle espère optimiser les efforts des sportifs de haut niveau et ainsi améliorer leurs performances.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2019 à 20:21 :
Est ce que Allyane a vérifié si ses procédés pouvaient aider les Dyspraxiques dans leur vie au quotidien ??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :