AAA valorisé plus d'un milliard de dollars au Nasdaq

 |   |  452  mots
(Crédits : Christopher Galluzo/Nasdaq)
Le groupe radio pharmaceutique rhônalpin AAA (Advanced Accelerator Applications), constitué en 2002 pour valoriser un brevet du CERN, a levé près de 90 millions de dollars, sur le deuxième plus important marché d'actions américain, en novembre dernier. Tout en poursuivant le développement de produits diagnostiques, il prépare le dossier pour l'enregistrement du Lutathera, un traitement ciblé d'un cancer rare.

Une valorisation de 1,1 milliard de dollars (1 milliard d'euros) au Nasdaq où il a levé plus de 86 millions de dollars, en novembre dernier : le groupe AAA (Advanced Accelerator Applications) incarne l'essaimage réussi d'un laboratoire de recherche fondamentale. La société éclose en 2002 à Saint-Genis Pouilly dans l'Ain - à partir d'un des brevets issus du CERN, dans le domaine de la médecine nucléaire - emploie aujourd'hui 390 collaborateurs répartis sur 17 centres de production et de R & D dans 11 pays, dont 6 en France.

Diagnostic et thérapie

Le laboratoire AAA vient de publier des ventes consolidées en hausse de 31,8 % à 66,138 millions d'euros pour les 9 premiers mois de 2015. Il affiche, sur cette période, un Ebitda ajusté de 4 millions d'euros et une perte nette de 10,28 millions imputable aux lourds investissements. L'entreprise annonce ainsi avoir dépensé 10,7 millions en R & D. Tout en continuant de concevoir de nouveaux produits diagnostiques (six aujourd'hui) pour l'imagerie nucléaire (caméras TEP ou TEMP), elle finalise le développement d'un produit  thérapeutique, Le Lutathera.

Cancer rare de l'intestin

Cette molécule, qui était dans la corbeille de la biotech américaine Bio Synthema achetée en 2010 par AAA, cible les tumeurs neuroendocrines de l'intestin moyen, préalablement marquées radio activement. «Ces tumeurs sont considérées comme une maladie rare et le marché actuel mondial est estimé autour de 1,5 milliard d'euros », indique Stefano Buono, directeur général, parti s'installer aux Etats-Unis. C'est dans ce pays que les débouchés seront les plus importants, « mais nous ne faisons pas de prévisions », poursuit-il.

Europe et Amérique

Des études cliniques de phase II (auprès de 1300 patients) et de phase III (230 patients) ont été menées en Europe et aux USA. «Nous pensons que le Lutathera a le potentiel d'apporter un bénéfice clinique important pour les patients et d'améliorer la prise en charge de la maladie », précise le communiqué en date du 10 décembre. Il évoque également une « innocuité favorable ». Le groupe AAA annonce, que d'ici à la fin du premier trimestre 2016, il déposera une demande d'AMM (Autorisation de mise sur le marché) dans l'Union Européenne, ainsi qu'un dossier auprès de la FDA (Food and Drug Administration) américaine. Au Japon, AAA a signé une licence avec Fujifilm Pharmaceutical, non encore utilisée.

De nouvelles molécules en développement

« Et nous travaillons sur de nouvelles molécules », souligne Stefano Buono. Avant son appel au marché public (les 86 millions de dollars levés au Nasdaq), le groupe, présidé par Claudio Costamagna, avait collecté 171 millions d'euros auprès de plus de 200 actionnaires et investisseurs institutionnels. D'ici à cinq mois maintenant ils pourront vendre leurs titres sur le Nasdaq.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :