Medicrea prépare une levée de fonds de 15 à 20 millions de dollars

 |   |  729  mots
Médicréa conçoit des implants innovants pour la chirurgie du rachis
Médicréa conçoit des implants innovants pour la chirurgie du rachis (Crédits : DR)
Les Etats-Unis, premier marché mondial, ont assuré 60 % des ventes consolidées 2014 de Medicrea, fabricant d'implants pour le rachis. Il envisage une introduction en bourse sur le Nasdaq, au cours du deuxième semestre 2017.

Le futur siège de Medicrea - pose de la première pierre officialisée ce lundi- à Rillieux-la-Pape (Rhône), donnera à ce fabricant de solutions innovantes pour la chirurgie du rachis, la capacité de poursuivre son développement sur la durée. Il disposera ici de près de 8000 mètres carrés où sera transféré le siège actuel de Neyron, (Ain), en octobre 2016. Le rapatriement sur le site de Rillieux de la production de La Rochelle (Charente-Maritime) est, lui, programmé huit mois plus tard, en juin 2017. «Denys Sournac (Ndlr : le Pdg) a voulu donner du temps aux 38 personnes concernées car son vœu est que toutes suivent le déménagement. Nous avons sollicité l'Aderly pour nous aider dans notre démarche d'accompagnement des salariés. Et le maximum sera fait », atteste Fabrice Kilfiger, directeur financier.

10 millions d'euros pour les machines

Les allers et retours réguliers entre Lyon et La Rochelle entraînent des coûts importants pour la Pme forte de 140 collaborateurs. « Un vol Lyon La Rochelle c'est plus cher qu'un Lyon New-York », relève, en boutade, Fabrice Kilfiger. Par ailleurs, la plupart des sous-traitants de Medicrea, dans le domaine de la mécanique notamment, sont rhônalpins. L'installation dans les futurs locaux - ils seront équipés d'une salle blanche pour rapatrier en interne une partie de la stérilisation des implants - a été anticipée au niveau des outils de production : « 5 millions ont déjà été investis à Neyron dans un centre de prototypage, une imprimante 3 D », poursuit le directeur, « 5 millions d'euros d'équipements supplémentaires sont prévus sur la période 2016/2017 ».

AG du 18 décembre

Au plan financier, Medicrea prépare la plus importante collecte de fonds de son histoire. « Nous voulons lever entre 15 et 20 millions de dollars que nous réserverons exclusivement à des investisseurs américains », confie Fabrice Kilfiger. Cette opération, qui devrait se concrétiser au cours du premier trimestre 2016, est présentée comme l'étape préliminaire à une introduction sur le Nasdaq, envisagée au deuxième semestre 2017. Le projet sera présenté à l'assemblée générale de Medicrea, le 18 décembre. De même, Medicrea va changer de compartiment à la Bourse de Paris, en migrant d' Alternext (depuis 2006 ) vers Euronext à l'issue de la publication du document de référence, soit sur le 2ème trimestre 2016.

Implants sur mesure

Medicrea a très tôt miser sur les Etats-Unis (80 % du marché mondial pour le traitement des pathologies du rachis) en ouvrant une filiale à New-York, en 2007. Elle emploie 40 personnes et Denys Sournac y consacre les 2/3 de son temps. Les ventes de la société dans ce pays ont assuré 60 % du chiffre d'affaires consolidé 2014 (24,2 millions d'euros). L'industriel pourrait y effectuer 70 à 75 % de ses ventes, à terme. Son activité s'accélère outre-Altantique depuis le lancement début 2015 de ses implants sur-mesure (courbure des tiges de correction) pour la colonne vertébrale, homologués par la FDA (Food and Drug Administration), fin 2014. Pionnière, cette technologie UNiD - répondant à une médecine personnalisée - a été utilisée pour la première fois en France en septembre 2013. A ce jour, « 450 interventions ont ainsi été réalisées dans le monde dont 160 aux Etats-Unis ».

Impression 3 D

Autre innovation majeure, la fabrication par impression 3 D de cages (cales) « intersomatiques » pour remplacer des disques cervicaux ou lombaires abîmés. Le procédé permet une réduction significative du temps en s'adaptant bien à l'anatomie du patient. « Nous pensons obtenir son homologation et le marquage CE dans le courant du premier trimestre de l'année prochaine », dit le directeur financier. « Nos démarches auprès de la FDA vont démarrer et nous espérons son feu vert pour la deuxième moitié de 2016 ». Ce qui va nécessiter d'étoffer l'équipe commerciale locale dirigée depuis août dernier, par Greg Rhinehart, un ancien de Globus Medical (acteur phare du métier).

Objectif de 50 millions

Medicrea table sur 50 millions d'euros de revenus consolidés à échéance de 36 mois, une taille considérée comme critique. En attendant, la société a publié un chiffre d'affaires de 20,9 millions pour les neuf premiers mois de 2015, en hausse de 18 %. Issu du regroupement en 2002 de Medicrea Technologies et Orsco International, l'entreprise s'est dotée d'une filiale en Allemagne et devrait en faire de même en Chine, 3ème marché mondial, en 2017 ou 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :