Biovision fait le pari d’être plus orienté business

 |   |  405  mots
©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie
©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie (Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'économie)
Le forum Biovision, né en 1999 devient annuel, à compter de cette année. 24 jeunes pousses du secteur de la santé, dont 8 de Rhône-Alpes, devront convaincre les investisseurs de leur donner 235 millions d'euros.

Biovision fait sa révolution, en 2014. Tout d'abord, le forum mondial des sciences de la vie, né en 1999 sous-forme de Biennale et organisé par la Fondation pour l'Université de Lyon, change de rythme pour devenir annuel. « On assure ainsi une meilleure continuité du processus », a expliqué Didier Hoch, président exécutif de cet événement lyonnais ce lundi. Ensuite, il sera beaucoup plus économique que les précédents.

Ainsi, 24 jeunes pousses européennes ( 11 biotech et 13 medtech), développant des dispositifs ou appareillages médicaux, viendront chercher 235 millions d'euros auprès d'investisseurs et de partenaires internationaux. Elles évoluent dans les deux thématiques retenues pour la prochaine édition du 5 et 6 juin prochain : d'une part « Immunothérapie/vaccins » et d'autre part « Bien vieillir ». Deux thèmes porteurs qui, de plus, entrent dans les priorités de la recherche et les préoccupations des pouvoirs publics, en Europe et ailleurs. Et la Chine sera l'invitée d'honneur, car 2014 correspond au 50 ème anniversaire de la reconnaissance de ce pays par la France.

Un phare sur les projets de Rhône-Alpes

Sur les 24 startup choisies (parmi 63 candidates), huit sont situées en Rhône-Alpes. Il s'agit d'Alizé Pharma, GeNeuro Innovation, ImmunID, Infynity Biomarkers et PDCLINE Pharma, dans le registre biotech ; APD Advanced Perfusion Diagnostics, Eyetechcare et Neomedlight pour les medtech. « Biovision doit devenir un phare pour attirer des investisseurs vers les projets rhônalpins », souhaite Florence Agostino-Etchetto, directeur général de Lyonbiopôle (pôle de compétitivité axé sur l'infectiologie), co-organisateur du Forum.

D'une façon générale, « Plus on donne les ressources nécessaires aux sociétés, plus vite, elles mettront sur leur marché leur médicament ou leur dispositif. La compétition est vive », argumente pour sa part Alexia Perouse, du fonds Omnès Capital, et co-présidente du comité de sélection des 24 entreprises innovantes. Et elles auront une dizaine de minutes pour convaincre les 40 à 50 investisseurs espérés, des institutionnels, des fonds de corporate venture (constitués par des groupes industriels) aussi des business angels.

Le grand public

En tout, entre 500 et 700 personnes sont attendues chaque jour : des représentants des mondes académique, politique, entreprenarial mais aussi de la société civile. De fait Biovision est, néanmoins, resté fidèle à ses gènes de départ. Deux conférences grand public traiteront du « système immunitaire, clé de la santé », le jeudi, et du « Bien vieillir », le vendredi.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :