Le spécialiste de l'affichage Prismaflex veut rebondir en s'appuyant sur le digital

 |  | 1540 mots
Lecture 8 min.
(Crédits : DR)
Malgré une baisse de 27% de son chiffre d'affaires au cours des six derniers mois, Prismaflex maintient le cap. Le fabricant rhôdanien de panneaux d'affichage et imprimeur grand format -qui diffuse les 170 journaux électroniques de la ville de Paris- est convaincu que le besoin de pouvoir communiquer en temps réel, né de cet épisode au sein des grandes enseignes et des collectivités, pourrait même faire naître de nouvelles opportunités, sur un marché de l'affichage néanmoins soumis à des contraintes de plus en plus "vertes".

Créée en 1988, le fabricant de panneaux d'affichage et imprimeur grand format Prismaflex aura finalement traversé la crise avec moins de dégâts qu'anticipé. Car si son chiffre d'affaires affiche un recul de 27% à l'occasion de la publication de ses résultats semestriels, clos au 30 septembre dernier, c'est finalement moins qu'il aurait pu le craindre en début d'année, compte-tenu de l'effondrement du marché de l'affichage urbain, qui s'est effondré durant le confinement.

Le groupe, qui est également côté en bourse, a réussi à maintenir un niveau d'Ebitda positif de 0,22 million d'euros (pour une perte nette de 1,01 million d'euros), et n'a pas été contraint de mener de plan de restructuration ou de réduction des coûts. Il s'est ainsi saisi des outils proposés par l'Etat, à commencer par un PGE de 1,8 million d'euros ainsi que des mesures de chômage partiel, notamment lors du premier confinement.

« Bien entendu, un retrait de 27% de notre chiffre d'affaires (soit 18,9 millions d'euros sur le semestre, ndlr) n'est pas neutre, mais nous avons quand même démontré une belle résistance, en particulier dans un domaine de l'impression, qui a lui-même été très touché par la crise sanitaire », note son fondateur et président, Pierre-Henry Bassouls.

Le groupe, qui emploie 380 collaborateurs au niveau mondial au sein de 10 filiales réparties dans plusieurs pays (France mais aussi Allemagne, Suède, Russie, Espagne, Afrique du Sud, Etats-Unis et Canada), possède la moitié de ses effectifs (180 salariés) dans la région du Rhône, et notamment sur ses trois sites des Monts du lyonnais. « Nous y réalisons notamment une partie de notre production, tandis que nos panneaux Leds sont produits en Chine, chez un fournisseur dédié à notre production », glisse-t-il.

Le mois d'avril le plus bas "depuis des décennies"

« Les deux confinements ne nous ont pas impactés de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :