Fill Up Média s'installe chez Total

 |   |  615  mots
(Crédits : DR)
La régie publicitaire lyonnaise, qui installe des écrans digitaux sur les distributeurs de carburants, vient de signer avec Total un contrat d’une durée de 6 ans qui devrait lui permettre d’augmenter son chiffre d’affaires de 3 millions d’euros dès 2019. Fill Up Media va équiper les 100 plus grandes stations-services françaises du géant pétrolier au cours des prochaines semaines.

Fill Up Media fait son entrée dans les stations-services du groupe Total. La société lyonnaise a entamé le déploiement, depuis quelques semaines, de ses écrans de diffusion de courtes vidéos publicitaires dans les cent plus gros points de vente français du géant pétrolier, principalement basés dans les grandes agglomérations. Un contrat estimé à 3 millions d'euros de chiffre d'affaires par an pour la régie publicitaire qui "digitalise" les stations-services, actuellement en forte croissance.

Une fois le déploiement de son dispositif terminé chez Total, Fill Up Media, qui vise 9 millions d'euros de chiffre d'affaires cette année, sera présent dans 800 stations-services en France, à travers 4400 écrans positionnés au-dessus des distributeurs de carburant.

"Cela représente une audience hebdomadaire de 4,7 millions d'automobilistes par semaine", annonce Manuel Berland, le directeur général de la société.

Jusqu'alors principalement présent dans les stations services aux couleurs d'enseignes d'hypermarchés (Carrefour, Casino, Intermarché...), Fill Up Média entre dans une nouvelle étape de son développement, selon son dirigeant.

"Ce contrat avec Total est l'aboutissement de trois années de travail. La petite startup Fill Up Media est devenue une PME qui a la capacité de travailler les yeux dans les yeux avec des grands groupes", commente Manuel Berland, le directeur général de la société.

Les moyens financiers d'agrandir son parc

L'intégration dans le réseau Total intervient un peu plus d'un an après une levée de fonds de 5,6 millions d'euros, donnant à la société les moyens financiers d'agrandir son parc et de développer son équipe qui devrait compter une quarantaine de collaborateurs d'ici à la fin du premier trimestre.

"Le contrat avec Total s'inscrit dans la continuité de notre levée de fonds bouclée fin 2017. Le modèle de Fill Up Média demande de fort investissement pour installer notre matériel. On estime ainsi à 2 millions d'euros le montant pour équiper une centaine de stations-services ", avance Manuel Berland.

Entièrement gratuit pour les opérateurs de stations-services qui disposent également d'un tiers du temps sur les écrans pour réaliser leur auto-promotion, Fill Up Média se rémunère en commercialisant à des annonceurs locaux ou nationaux les deux-tiers de temps restants.

Endroit idéal pour diffuser de la pub

Encore "légèrement déficitaire" l'an dernier, Fill Up Média estime que sa forte croissance actuelle valide l'idée de départ de Manuel Berland, celle qui lui est venue un jour quand il faisait le plein d'essence de son auto : les stations-services sont un passage obligé où les automobilistes n'ont rien d'autre à faire qu'attendre quelques minutes que le réservoir se remplisse. En somme, l'endroit idéal pour diffuser de la publicité.

"Nous animons les stations-services avec des écrans digitaux. Surtout, nous sommes le seul média outdoor avec du son. C'est un élément très important dans la perception et la compréhension du message publicitaire, et cela se ressent sur les actes d'achats des consommateurs en boutique", poursuit Manuel Berland.

L'international à l'horizon 2021

Sur un parc national qui compte 11500 stations-services, Fill Up Média estime que son dispositif pourrait être rentable dans environ 2 000 stations-services à forte affluence.

"Nous avons la volonté de consolider notre parc français et de densifier nos points de présence au cours des deux ou trois prochaines années", avance le dirigeant.

Le groupe projette ensuite, une fois son modèle rentable en France, de traverser les frontières avec son concept de digitalisation des stations-services.

"Nous avons la volonté de nous déployer à l'international à partir de 2021. Nous visons en priorité les pays du Benelux, l'Allemagne et l'Espagne", annonce Manuel Berland.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :