Une large alliance gauche-droite au Conseil national suisse soutient la SSR

 |   |  483  mots
(Crédits : DR)
Alors que l'avenir de l'audiovisuel public suisse est en danger avec l'initiative "No Billag" - qui veut supprimer la redevance Radio/TV-, le ciel semble s'éclaircir pour la SSR, grâce à un vote positif au Conseil national suisse. Décryptage de cette affaire aux conséquences médiatiques, politiques et démocratiques.

Après avoir été rejetée par le Conseil fédéral en août 2016, puis balayée à l'unanimité par le Conseil des Etats en mars dernier par des sénateurs qui estiment que, sans redevance, il est impossible d'assurer un service public "digne de ce nom", l'initiative No Billag - qui veut supprimer la redevance Radio/TV - vient de se prendre un nouveau revers.

Le Parlement s'est prononcé début juillet après un long débat sous la Coupole et le résultat est clair : par 16 voix contre 8, la commission compétente du Conseil national rejette l'initiative et propose à tous les conseillers nationaux de faire de même. Une petite victoire pour les défenseurs du service public.

La surprise, c'est qu'après avoir été très critiques envers la SSR jusqu'à présent, voulant même lui retirer certaines missions pour les confier aux médias privés, les membres de la Commission des transports et des télécommunications (CTT) semblent s'assagir et ont même renoncé à opposer un contre-projet qui prônerait une diminution de la redevance.

De nouveaux scénarios

Les raisons de ce recul : un rapport complémentaire commandé à l'Office fédéral de la communication qui révèle les conséquences concrètes de la réduction du...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :