France 3 Rhône-Alpes  : grève contre la suppression des éditions locales

 |   |  576  mots
L'édition Saint-Etienne-Loire emploie onze personnes et celle du Grand Lyon cinq journalistes.
L'édition Saint-Etienne-Loire emploie onze personnes et celle du Grand Lyon cinq journalistes. (Crédits : DR)
Les journalistes et techniciens des éditions Saint-Etienne-Loire et Grand Lyon ont fait grève ce lundi pour la troisième fois depuis le début de l'année. Ils refusent la suppression à la rentrée prochaine des décrochages quotidiens. La direction régionale tente de rassurer. Décryptage.

Ambiance tendue chez France 3 Auvergne-Rhône-Alpes. Fait rare, la quasi-totalité des journalistes et techniciens des éditions locales Loire-Saint-Etienne et Grand-Lyon ont effectué un troisième jour de grève, ce lundi. Selon nos informations, 5 journalistes de l'édition du Grand-Lyon, ainsi que 9 salariés sur les 11 de la rédaction de Saint-Etienne ont suivi le mouvement. De son côté, la direction estime que "pas un seul technicien n'a fait grève ce lundi 24 avril", et que le "le taux de grévistes était de 15 %".

Les deux premières grèves s'étaient déroulées les 17 et du 31 mars. En cause : le projet de la direction régionale de lancer à la rentrée un "nouveau grand journal régional" intégrant les deux éditions locales. Actuellement, celles-ci disposent chacune d'un décrochage de sept minutes diffusé à la fin de l'édition régionale.

Stratégie nationale

La grogne a débuté mi-janvier, lorsque la rédaction de France 3 région a fait parvenir à la direction régionale une lettre ouverte se plaignant d'un sous-effectif chronique. "Notre rédaction compte une quarantaine de journalistes, soit beaucoup moins qu'à Marseille, Lille, Toulouse ou Strasbourg", compare Sylvie Cozzolino,...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :