Alpes Is (h) ere, nouvelle marque territoriale

 |   |  530  mots
Le président du conseil départemental, Jean-Pierre Barbier, a présenté la nouvelle marque, Alpes Is(h)ere.
Le président du conseil départemental, Jean-Pierre Barbier, a présenté la nouvelle marque, Alpes Is(h)ere. (Crédits : ML)
Après Only Lyon, Savoie Mont-Blanc et Auvergne Nouveau Monde, c’est désormais au tour du département de l’Isère de sauter le pas, avec la création de sa toute nouvelle marque territoriale, Alpes Is(h)ere. L’objectif ? Une marque pour promouvoir les atouts de l’Isère, et pour se positionner face à la concurrence.

Ce n'est pas encore un label, mais la possibilité n'est pas exclue pour autant. Lors du lancement de la marque Alpes Is(h)ere, le président du conseil départemental, Jean-Pierre Barbier (LR), a affirmé que le label était "ce vers quoi l'on aimerait tendre, dans un second temps". Car pour l'instant, l'objectif du département est déjà de rattraper le retard qui avait pu se glisser face à d'autres acteurs institutionnels comme la métropole de Lyon ou la Savoie, mais qui pèse fort sur l'économie. Cet atout ? Le marketing territorial.

Lire aussi : Comment les territoires défendent leurs marques

"Aujourd'hui, il est triste de voir que lorsqu'on va dans une certaine station de sports d'hiver, l'un des hôtels vous offre un panier garni avec des produits de Savoie... Même si le joli logo en croix est joli", rappelle Jean-Pierre Barbier.

La nouvelle mission de cette marque territoriale est donc double : accroître la visibilité et le rayonnement de l'Isère au niveau national mais aussi international, construire une identité partagée par tous les habitants, mais aussi devenir un vecteur d'économie et de commerce avec la possibilité, pour les acteurs qui produiraient des produits de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2017 à 12:16 :
Voilà ce qui se passe lorsqu'un pays multiplie les "territorialités", les strates inutiles (de préférence non sanctionnables par les citoyens), et fait des réformes administratives "hors sol" bricolées.
a écrit le 20/01/2017 à 17:33 :
Quelle sottise ! Le Dauphiné mérite tellement mieux qu'un anglicisme.
A l'heure du Brexit, c'est aussi décalé qu'affligeant, et à quel prix ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :