Euronews, tout sur la stratégie de la dernière chance

 |   |  3214  mots
(Crédits : Laurent Cerino / ADE)
Au pied du mur, Euronews cherche une porte de sortie. En difficulté financière, lancée dans une course contre la montre, la chaîne de télévision européenne d’information internationale en continu doit impérativement transformer son modèle sous peine, sinon, d’extinction. La prise de participation majoritaire au capital par l’homme d’affaires égyptien Naguib Sawiris, en 2015 – à l’issue d’un opaque montage dans les paradis fiscaux –, a été une première étape. La seconde sera l’application du plan stratégique, baptisé Next, qui dès 2017, doit bouleverser en profondeur culture d'entreprise et emploi, et devrait sceller l’alliance éditoriale et capitalistique avec NBC News. En exclusivité, Acteurs de l’économie - La Tribune en dévoile les contours. Second volet de l’enquête sur Euronews et sa stratégie de reconquête à découvrir d'ici jeudi 24 novembre.

Article mis à jour le 25/11 à 15h45

"C'est le coup de ma vie !" Michael Peters l'affirme fièrement. Après plus d' "un an et demi" de négociations et "deux refus", le président du directoire d'Euronews aura réussi à convaincre Carolyn Gibson, responsable de la publicité de BBC World Wide, de rejoindre la chaîne européenne d'information en continu.

Arrivée le 7 novembre, elle a pris ses fonctions dans son nouveau bureau du siège de la télévision, installé depuis un an à la Confluence, à Lyon. Entrée au sein du groupe audiovisuel britannique en 1998, elle s'occupait depuis trois ans des revenus publicitaires et des partenariats de la chaîne internationale et d'internet, filiale internationale de la BBC. Un poste clé et stratégique pour le développement du média. Elle était à la tête d'une équipe de "200 personnes et d'un portefeuille de 150 millions de livres (170 millions d'euros, NDLR). Ici, ce sera 30 personnes", détaille Michael Peters, heureux d'avoir réussi à débaucher celle qu'il surnomme la "Leo Messi" de la publicité, une pointure dans le domaine des médias.

Image de marque

Cette signature prouve les ambitions du dirigeant lyonnais de permettre le grand retour de la chaîne...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2016 à 21:36 :
Dans chaque pays, la langue nationale doit être valorisée, plus qu'elle l'est actuellement, car il n'y a pas de langue "européenne".

Je veux dire qu'il n'y a pas de raison de choisir "une" langue, toujours la même , puis de "tourner" autour.
a écrit le 23/11/2016 à 12:22 :
C'est surtout que depuis que monsieur PETER a pris la présidence du directoire il y a 2 ans a visiblement il a dépassé son seuil de compétences. Son prédécesseur qui était resté en poste une dixaine d'années avait redressé la chaîne, attiré des partenaires, l'avait rentabilisée tout en lui donnant une personnalité. Il pourrait être utilement interviewé pour compléter votre dossier
a écrit le 23/11/2016 à 9:55 :
L'idéal pour moi reste l'Euronews d'avant 2015 (en parallèle avec Arte)
La version actuelle me semble déjà plus tapageuse.
Et je ne compte pas regarder une chaine en anglais, qui me ferait risquer approximations, contre-sens et fatigue.
a écrit le 23/11/2016 à 9:23 :
Il est vraiment dommage que cette chaine soit en difficultés, avec son flash en 5 Mn elle nous informe de la majorité des grands événements mondiaux, des chaines comme franceinfo, LCI ou Itele ferait bien de s inspirer d Euronews cela relèverait le niveau :)
a écrit le 23/11/2016 à 9:17 :
Le problème majeur c'est que quand on a des décideurs qui ne pensent qu'à évader fiscalement les montages économiques privés, on est loin d'être en mesure de trouver des idées pour relancer le business.

Un avocat fiscaliste ça ne sert pas à faire avancer une entreprise ça lui sert seulement à frauder le fisc.

Un changement de têtes "pensantes" serait donc vital.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :