The Apprentice : Bruno Bonnell fait le job

 |   |  358  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
Le patron d'Awabot, Bruno Bonnell, sera la tête d'affiche de la nouvelle émission de télé-réalité "The Apprentice-Qui va décrocher le job ?" sur M6.

Le serial entrepreneur, Bruno Bonnell, patron d'Awabot à Lyon, sera la tête d'affiche de la nouvelle émission de télé-réalité, "The Apprentice-Qui va décrocher le job ?", diffusée à partir du 9 septembre sur M6.

14 candidats en lice

Produite par Endemol, poids lourds de la télé-réalité, cette émission vise à opposer 14 candidats pour un seul poste en CDI dans une entreprise. En l'occurrence un poste de directeur du développement commercial proposé par Bruno Bonnell dans sa société de robotique.

Créée en 2004 aux États-Unis, "The Apprentice" a été adapté dans 24 pays depuis. Le programme en est à sa 13e saison aux États-Unis. Bruno Bonnell explique avoir accepté de participer à ce programme notamment parce que "l'émission valorise l'état d'esprit d'entreprise". Il souhaitait, par ailleurs, "avoir la main sur les candidats" avec des profils très variés, autodidactes ou diplômés, très ou moins expérimentés.

Un recrutement inédit

Les 14 candidats (7 femmes et 7 hommes), âgés de 20 à 40 ans, vont donc passer par un processus de recrutement inédit, durant lequel ils devront réaliser plusieurs défis pour rester en course. Durant chaque soirée, le patron propose aux participants deux cas pratiques, afin de les évaluer sur des aspects clés du monde du travail : négociation, travail d'équipe, créativité...

Mais certains défis seront bien éloignés de la robotique, puisqu'il s'agira par exemple de vendre des poissons sur le marché, de réaliser une prestation de pressing ou bien encore de créer une marque de biscuits...

Réactions face à l'inattendu

Et selon le principe, désormais bien huilé de la télé-réalité, à l'issue de chaque cas pratique, un candidat sera éliminé. Bruno Bonnell conseillé par Nathalie Cayuela et Salim Azouzi désignera celui qui ne poursuivra pas son parcours.

"Les cas pratiques testant les capacités des candidats dans de nombreuses situations, m'ont permis de mieux analyser leurs comportements et réactions face à l'inattendu", indique Bruno Bonnel qui précise qu'après cette expérience il "s'emploierai à mettre les futurs candidats en situation de défi avant de conclure leur embauche".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2015 à 20:40 :
Espérons que ça se passera mieux qu'avec la faillite d'infogrammes
a écrit le 31/08/2015 à 17:18 :
Virer les gens, elle sait bien faire Mme Cayuela....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :